The Arrs

Nico et Phil de The Arrs  nous accordent un peu de leur temps avant leur concert au Korigan pour une interview dans des conditions …atypiques ! (ben oui, ce n’est pas tous les jours qu’on interview The Arrs, encore moins sur un parking en pleine nuit !) LPE : Bonjour les gars comment ça va avant le concert ? The Arrs : Bien merci, on est motivé ! LPE : Par rapport à votre précédent album qui souffrait de certaines critiques, celui ci est mieux accueilli, bien plus axé hardcore, plus brutal, on a l'impression qu'il est taillé pour la scène? Nico The Arrs : Effectivement notre dernier album est  beaucoup plus tranchant, avec  plus de patate, c'est entre, autre du à l'arrivée de Stefo et de Phil...Cet album a été composé au départ avec trois guitaristes, Phil est arrivé un peu après, suite au départ de Paskual. Du coup on avait beaucoup de compos, nous n'avons pas pas tout gardé, juste les morceaux qui sonnaient le plus "live". On peut dire que Soleil Noir est moins théâtral que Héros et Assassin. LPE : Au Hellfest l'année dernière des flyers de Soleil Noir circulaient déjà, maintenant, plus de monde vous attend peut on dire ? Nico The Arrs : Honnêtement au lancement de Soleil Noir c'était de l'autoprod, on avait changé de management, on avait tout changé en somme. La com nous l'avons fait nous même, à l'ancienne ! Des gars qui nous suivent nous ont aidé à tracter, il est vrai que Verycords à vu le taff accompli ainsi que la motivation du groupe. Ce label nous connaissaient déjà d'avant, ils était intéressé, donc ils ont mis une option sur l’album. LPE : Pourquoi êtes vous partis de Season Of Mist pour Verycords? Nico The Arrs : Pour faire autre chose, avoir plus de contrôle sur notre propre son. De plus, la proposition de Verycords état plus intéressante car ils nous laissaient plus de liberté. Par ailleurs, ils sont sur Paris, c'est plus facile que Season qui sont basés à Marseille, on peut donc les voir directement. Même s’il y a les nouvelles technologies comme Skype, c’est quand même beaucoup plus facile de se parler en face à face, plus convivial. Du coup, on a un dossier de presse énorme avec de bonnes retombées et on entend beaucoup parler de nous. Ça nous fait un peu penser à Trinité  qui avait été bien accueilli, mais nous avions eu des problèmes au niveau du touring au début. En fait, il faut se trouver une bonne équipe. Donc là on à tout changer pour prendre  tout en main, et on s'est plus  investis que jamais, on est revenus à nos racines. LPE : On sent qu'il y eu un gros travail fournit, un album aboutit, une unité, un son résolument hardcore,  naturel ? Nico The Arrs : Pour nous c'est un peu comme un best of des 3 albums d'avant, les 2 nouveaux membres  appréciaient  « Et la douleur est la même » et « Trinité », c'est pour cette raison que avons "reprocher" dans des riffs  plus hardocre, plus beatdown, tout ça mêlé avec du death core et l'option Djent. LPE : Vous pouvez nous parler de votre rencontre avec Stépho et Phil avant qu’ils n’intègrent le groupe ? Nico The Arrs : Stepho était avec nous depuis un bon moment, il s'occupait du Merch, il nous suivait déjà et nous à dépanné auparavant en jouant avec nous sur une date à Grenoble. De fait, son intégration s'est faite naturellement, même si son univers beaucoup plus deathcore au début ne collait pas forcément avec notre son, mais on a cherché le juste milieu pour arriver à évoluer encore dans notre musique. Contrairement à ce que nous on envoyé certaines critiques disant que notre musique était toujours la même, nous avons évolués. Après tu aimes ou pas, mais on ne peut pas nier cette évolution. Phil The Arrs : Sinon pour en revenir au le line up, j'avais joué avec Toki, dans un groupe qu’il avait en parallèle, un groupe de metal extreme core, le groupe n'avait pas continué car un guitariste est parti dans « Admiral’s Arms » et au moment où Paskual est parti, on s'est posé des questions, on savait pas si nous allions continuer The Arrs, finalement notre bassiste a arrêté complètement la musique a laissé son matis. Il a tournée la page c'était son choix de vie. LPE : Vivez-vous de votre musique ? Nico The Arrs : Notre passion, on en vit en effet, dans notre cœur mais nous avons tous à côté un taff qu'on adore, on s'est tous arrangé pour faire des études ou des formations et ainsi avoir des boulots qui nous plaisaient et nous laissaient aussi le temps et les disponibilités pour la musique. LPE : Avez vous des dates de tournée prévues ?  Nico The Arrs : Il va il y avoir l’Olympia avec Mass Hysteria en avril avec Punish Yourself »également. D'autres festivals sont en cours de validation mais on ne peut pas en parler encore. Ceci dit, le Hellfets en mainstage 2 ça, ça va être énorme ! La tournée s’appelle « Solstice », elle fait suite à la précédente qui était « Equinoxe », toujours l'unité de notre progression. Sur la tournée « Solstice », on a quelques dates, de nouvelles vont se greffer, c'est juste que en France, le mieux c'est de jouer du jeudi au samedi, c'est plus simple pour faire bouger les gens. On a décidé de tabler sur les meilleures conditions possibles pour tout le monde, le staff, le public et nous même. LPE : Au niveau des paroles, c’est toujours Nico, notamment cette citation de Sade, que t'évoque t'elle et quels sont les thèmes abordés dans l’album ? Nico The Arrs : Oui toujours moi ! Les paroles sont beaucoup moins introspectives que les 3 albums précédents, là aussi j’ai beaucoup évolué, avant c'était très personnel, sur Soleil Noir, tu as des nouvelles, des délires, des choses plus extrêmes aussi. Concernant la citation de Sade, le morceau (1781) parle d’une  volonté inflexible, ça dérive sur le cul, les plaisirs extrêmes, ça reste du fun, ensuite, « Fahrenheit » parle de la culture, une vision assez noire de la culture d'aujourd’hui, c’est un peu moins fun. Il y a d'autres chansons sur des bases cinématographiques comme « Amants Damnés » qui est un hommage à « tueurs nés » d'Oliver Stone. Les morceaux « Invincibles » et « Du Berceau A La Tombe » sont  sur la confiance en soi. « Le Triomphe De La Mort » sur le zombiisme, en fait on est parti sur des délires plus metal, ca reste dans la famille quoi ! Je parle de nous des gens qui nous écoutent. LPE : Le chant en Français, une marque d'authenticité, un moyen de se démarquer? Nico The Arrs : Oh oui, ça reste « The Arrs », même si on a un nom qui ne veut rien dire ! Les paroles sont sensées et compréhensibles pour un public Français même si on a un bon retour de l'étranger sur cet album. Le chant Français n'est pas universel, forcément tu bloques, pour se développer vraiment, c'est  plus compliqué, c'est faisable, n'importe quel groupe si il le souhaite peut s'y mettre, mais bon se développer ce n’est pas évident, c'est beaucoup de taff avec les labels, c'est dur. Certains groupes ont l'impression qu'avec internet ils vont pouvoir facilement jouer à l'étranger. J'espère que d'ici deux ans pour certains ça sera le cas, mais le chemin est compliqué. LPE : Les groupes que vous écoutez actuellement ? Nico The Arrs : « Thy Art Is Murder », c'est très bon, « The Sorrow » comment expliquer leur musique, c'est un peu réducteur, mais c’est une sorte de mix « Killswitch//Bullet For My Valentine », avec un bon guitariste chanteur, c’est un peu mon kiff du moment. Il y a aussi le dernier « Heaven Shall Burn » et « Bring Me The Horizon » que j'aime beaucoup. Phil The Arrs : Les Suisse de « Prométhee » aussi, un bon metal core, ça vaut le coup et en plus,  ils sont adorables. « As They Burn » aussi… LPE : Un petit mot pour la fin ! The Arrs : Merci à tous de nous subir et rendez-vous sur scène !    

One thought on “The Arrs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>