Septic Flesh + Fleshgod Apocalypse + Carach Angren + Descending

Bon, on le savait en entrant dans le Korrigan….ce soir, avec une telle affiche, ça allait être la guerre…et la guerre fut. Récit de la bataille (oui, on parle bien d’un concert….).

  Descending……STOMP ! Le premier groupe entre sur scène très précipitamment (retard ?), et sans présentation ni fioriture envoie la sauce direct. C’est le stomp direct, un metal ultra carré, ultra groovy, un son parfaitement réglé, ça s’annonce bien. Le groupe communique et fait partager son énergie, et le public lui rend bien. On navigue entre du metalcore et du Djent limite indus. C’est efficace, c’est un véritable land raider (ça) qui nous roule dessus. Un défaut qui sera plus lié à la musique qu’à la performance : pas assez de riffs rendent le set linéaire, merci au dernier morceau de corriger ça (seul morceau avec un VRAI riff). En tout cas, on attaquait la soirée sur une bonne base.   Carach Angren….Haunting and Sailing ! Il faut avouer, programmer un groupe de black dans cette soirée était risqué (même si le sympho s’accordait bien avec le reste des groupes). Carach Angren et leur concept de vaisseau fantôme on fait le taf, très bien même. Un set énergique avec un violoniste qui apportait énormément aux compositions du groupe en y ajoutant l’ambiance XVIIeme qui colle à l’image du groupe. Un régal aussi pour les yeux, corpse paint, costumes, masques…un jeu de scène travaillé avec des membres qui entrent bien dans leurs personnages de fantômes pirates (surtout le frontman, impressionnant grâce à sa gestuelle et ses mimiques…à fond dans le personnage on vous dit !). Ce groupe n’aura pas fait l’unanimité auprès du public mais il aura tout de même bien fait bouger le Korrigan.   Fleshgod Apocalypse …. Et le Chaos fut ! Avant d’attaquer sur le set des Italiens, une chose frappe, un détail pas assez mis en avant : le clavier (pas le claviériste, le clavier), pour aller avec le côté zombie du XIXème, le claviériste jouera sur un synthé ajouté dans une carcasse de piano. Détail qui apportera au jeu de scène mais qui hélas sera occulté par le fait qu’il n’était pas en avant. Surtout que ce synthé sera noyé sous le son pachydermique du groupe. Le set en lui-même est très bon, un death technique avec des éléments de classique…un régal pour les oreilles et une pure machine à pogo. Le son sera globalement bon si on excepte le claviériste audible uniquement sur le dernier morceau….quel dommage ! Le groupe harangue la foule et la foule le lui rend bien. Ce groupe aura vraiment réveillé la salle (qui pourtant bougeait pas mal !). Une pure baffe scénique et auditive qui se conclura sur un morceau posé, intense et vraiment somptueux. Un set comme on en veut à tous les concerts !   Septic Flesh … 1, 2, 3, Chtulu est parmi nous ! Quand les Grecs de Septic Flesh entrent sur scène, c’est la folie…la fosse n’attendait qu’à en découdre, même après les trois baffes précédentes (tend l’autre joue !). Sur ce set, on a assisté à une véritable communion entre le groupe et son public, comme si Seth et sa bande orchestraient la foule avec leurs riffs et ses nombreux décomptes. Un set vraiment impressionnant, une musique qui dévaste tout, et avec classe. Autant les albums témoignent d’une grande force, mais en live c’est un véritable tsunami orchestral. Des chansons comme Persepolis ou Virtues of the Beast montreront que le groupe mérite son prestige.  Le son est réglé à la perfection, les musiciens sont carrés au possible et insufflent une véritable âme à leurs compositions. Le rappel, Anubis et Five Pointed Star nous achèveront, mais bon sang que c’était bon ! Le groupe est là pour se faire plaisir, ça se voit, ça s’entend, c’est purement jouissif comme concert. Un groupe à ne surtout pas manquer si vous en avez l’occasion.   Au rapport ! Au final, on a eu droit à quatre groupes heureux de jouer, de partager leur musique, le public a répondu à l’appel en masse (jamais je n’avais vu le Korrigan aussi bondé) et a réservé au groupes un accueil des plus chaleureux. En somme, une excellente soirée pour tous. Bravo aux groupes, aux orgas et au public, une pure réussite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>