Interview d’Asylum Pyre

D’abord merci pour l’interview, et félicitation pour Fifty Years Later ! Votre deuxième album, donc. Comment s’est passé l’enregistrement ?

Johann : Tout d’abord Merci !

En fait, lors de l’enregistrement du 1er Album tout était écrit et n’a pas bougé en studio mais lors de l’enregistrement de ce 2ème Album tout était écrit aussi mais presque tout a bougé en studio !

Il faut dire qu’avec l’arrivée d’une nouvelle chanteuse et d’un nouveau batteur qui amènent leurs personnalités mais également les échanges avec Didier Chesneau qui a été le 7ème homme et son regard extérieur, nous avons pris du recul sur notre musique pour l’améliorer et nous sommes très satisfait du résultat.

Et puis nous avons aussi pu tester beaucoup de choses en studio sur les différents sons et sur les arrangements vocaux pour choisir au final. Les choix étaient souvent difficiles. Cet album a été enregistré avec beaucoup plus de professionnalisme et de vie que le 1er.

Après vous être séparés de Carole Alcantara, vous avez choisi Chaos Heidi pour lui succéder. Comment l’avez-vous choisie ?

Johann : le plus simplement du monde. Nous avons passé une annonce. Sommes rentrés en contact avec une 30aine de chanteuse puis ensuite autant sur le plan des tests sur enregistrements qu’en Audition Heidi a été, de loin, la meilleure.

Sans compter le fait que ses objectifs et sa motivation étaient également en adéquation avec les nôtres !

Beaucoup de chansons - dont Fifty Years Later, la chanson éponyme - abordent des thèmes écologistes, voir altermondialistes. Ce sont des thèmes qui vous sont chers ? Penses-tu que le monde du metal ne s’en préoccupe pas assez ?

Johann : Ce sont des thèmes qui devraient être chers à tout le monde et personne ne s’en soucie assez. Certains voient ça comme une mode, d’autres comme quelque chose d’infaisable. Il suffit d’ouvrir les yeux pour se rendre compte que ces thèmes ne sont pas écologiques mais simplement logiques. Ce que nous ne faisons pas de gré aujourd’hui nous serons obligé de le faire de force dans quelques années…

Certains pensent que c’est subjectif… il n’y a pourtant rien de subjectifs dans l’observation de la disparition des espèces, des ressources ou des réserves d’eau…

Dead in Copenhague attaque la conférence de Copenhague de 2009 sur le climat. Le résultat des négociations vous a inspiré beaucoup de déception ?

Johann : Oui… encore une fois, ce que l’on ne fait pas de gré aujourd’hui… Et puis c’est arrivé très peu après la sortie de notre 1er Album, ça a marqué immédiatement le thème du second.

 Pourquoi avoir mis du chant lyrique sur The Herd ?

Johann : parce qu’on trouvait ça joli ! Tout simplement ! Chaos Heidi est capable de faire différents chants donc on peut tester différentes choses sur différents passages et là, c’est ce qui sonnait le mieux !

La balade Fisherman’s Day est très mélancolique ! Elle rappelle un peu à la Anathema, voir du doom ! C’est un style que vous appréciez ? Qui vous permet de véhiculer vos émotions ?

Johann : Dans Asylum Pyre nous trouvons qu’il y a de belles choses dans tous les styles et donc nous puisons nos influences un peu partout en y recherchant la mélodie et l’émotion qui sont  nos leitmotiv.

Déjà des idées pour le troisième album ? On entend souvent dire que, pour un groupe, le troisième album est le plus déterminant. Celui qui scellera définitivement la réussite du groupe – ou non. Est-ce que cela vous met la pression ?

Johann : Je ne sais pas s’il y a vraiment des règles à ce sujet. Nous faisons les albums à chaque fois en nous mettant nous même la pression pour qu’il soit le meilleur possible. La pression extérieure est souvent plus faible que celle que nous nous imposons !

Nous avons déjà beaucoup d’idées et de morceaux très avancés pour ce 3ème Album ! J'aurais plus de news dans les mois qui viennent.

Des concerts de prévus pour bientôt ?

Johann : Depuis la sortie de l’album en décembre nous avons joué un peu partout en France. (Bordeaux, Marseille, Paris Nancy,…) Nous avons eu la possibilité de jouer avec des groupes comme Doro ou Myrath et avons passé d’excellents moments !

Nous allons en suisse le 1er Juin (Yverdon-Les-Bains) puis à la rentrée nous jouerons au Raismes Fest et à Toulouse avec Whyzdom. D’autres dates sont en préparation.

 Merci pour cette interview, en espérant vous voir bientôt en live !

Johann : Merci à toi ! Au plaisir de se croiser en live avec toi et tous les lecteurs du Pavot Enragé ! A bientôt.

 

One thought on “Interview d’Asylum Pyre

  1. C’est vrai qu’excepté Gojira les thèmes sur l’écologie au sens large sont assez rare. Un groupe intéressant par leur mélange d’influence et leur simplicité. A écouter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>