Interview de Max Cavalera, Soulfly au Secret Place

Lors du concert de Soulfly au Secret Place, nous avons eu la chance, de poser nos questions à Max ! Le Pavot Enragé : Salut Max, avec ton dernier album Enslaved, tu es revenu à un Metal beaucoup plus brutal. Les premiers albums de Soulfly étaient plutôt minimalistes voire punk, puis tu es allé vers une sorte de « metal world music » jusqu'à « Prophecy », et ensuite on dirait que depuis Dark Age, les albums sont de plus en plus puissants et techniques, voire death metal ? Max Cavalera : On a essayé quelque chose de nouveau ! Je n'aime pas rester sur le même truc. C'était cool, on a eu Zeuss pour nous produire, il venait juste de produire de nouveaux groupes heavy comme Oceano. On sentait que c'était l'album qu'on devait faire, j'écoute beaucoup de trucs comme ça, du vrai heavy. Le prochain album "Savages", qui sort en octobre sera brutal aussi, et rapide. C'est vraiment heavy, pas si rapide, plutôt comme du doom métal, je pense que les gens vont aimer ça, y'a de vraiment bons morceaux! On joue "Bloodshed" ce soir, le premier morceau. Le Pavot Enragé : Quel est le thème de "Savages" ? Max Cavalera : L'idée des civilisations, en général. Je pense qu'on est des sauvages tu sais, même au 21ème siècle. On s'entretue toujours, on décapite des gens et on balance ça sur Internet… Je pense que l'instinct humain est trop sauvage, bref c'est pour ça que l'album s'appelle "Savages".   Le Pavot Enragé : Le thème principal d'Enslaved est l'esclavage, est-ce que tu penses que ce sujet est toujours d'actualité, au 21ème siècle ? Max Cavalera : Oui, oui je crois ! C'était un sujet intéressant à aborder, faire que les gens y pensent. Mais je passe à l'album suivant, où le sujet est "Savages". C'est à propos du genre humain, comme on est maintenant, on est juste aussi sauvages qu'on l'était il y a 2000 ans! On décapite des gens, on balance des gamins de 10 ans dans des suicides collectifs, des talibans, on fait toutes ces merdes dans le monde… On se croit tellement avancés mais on ne l'est pas du tout ! Par essence, on est encore des sauvages. Et c'est le thème du prochain album, qui est génial.  Et la jaquette, je l'adore, elle est peinte à la main par Paul Stottler, il a fait des covers pour des groupes de thrash metal comme Sacred Reich, Atrophy et The Horde of Torment. Ça fait 2 mois qu'il bosse dessus, un peu chaque jour. C'est une tête de mort très cool avec des tattoos tribals dessus, ça va être excellent ! Je pense que la couverture va être très puissante. J'adore les jaquettes, je suis de l'école de ceux qui ont grandi avec Iron Maiden, Black Sabbath, ACDC, ils ont toujours des jaquettes excellentes, et après Metallica, Venom, Death, j'adore les jaquettes d'albums, y prêter attention. La notre va être puissante ! Elle est presque terminée, on en est aux touches finales. Il me tarde qu'elle soit finie, si tout va bien, l'album sort le 4 octobre. Je crois que c'est la date…. Et ce soir on joue "Bloodshed". Le Pavot Enragé : C'est ton fils Zyon qui joue à la batterie ce soir, est-ce-qu'il joue aussi sur le prochain album ? Max Cavalera : Mon fils Zyon est à la batterie oui, sur tout l'album. Il a fait du super boulot ! Les autres membres sont Marc (Rizzo) et Tony (Campos), donc les mêmes que sur "Enslaved" à part Zyon . Il a vraiment fait du bon boulot, ça sonne vraiment bien. C'est Terry Date qui produit, et l'album est fantastique ! Ca sonne bien, c'est très professionnel, ça sonne comme un grand groupe, c'est cool. Zyon a fait du super boulot, je joue avec lui tous les soirs sur cette tournée. Il a juste 20 ans, du chemin à faire, mais il est sur la bonne voie! Et mon fils, Igor, le plus petit, chante. C'est le chanteur de Lody Kong. Il chante sur l'album, juste 2 lignes, il fait seulement les choeurs avec moi, mais c'est cool parce qu'il a une voix punk rock, c'est très très puissant, ça devrait être génial. Le Pavot Enragé : Vous quittez Roadrunner pour Nuclear Blast ? Max Cavalera : Ouais ! On est allé chez Nuclear Blast… C'est un label pour nous. Chez Roadrunner, il n'y a plus personne d'origine, ceux qui y sont aujourd'hui sont plus contrôlés par Warner, et Warner s'oriente plus vers la pop… Ils se foutent du metal. On ne voulait pas être chez un label qui ne se préoccupe pas du metal, on voulait un label qui aime le métal ! Qui aime ce qu'on fait, pour que quand on leur donne un enregistrement, ils nous disent "Oui c'est cool, on veut faire quelque chose avec ça, on veut travailler cet album ! C'est vraiment pour ça qu'on a quitté Roadrunner. C'était triste pour moi qui était avec eux depuis toujours, c'était une décision dure, mais nécessaire. Je suis content d'être avec Nuclear Blast maintenant, c'est un super label de metal, ils ont sortis d'excellents albums, ils ont de super artistes, et ils leur apportent beaucoup, et ils sont très très très heureux d'avoir signé Soulfly. Ils sont super motivés, ils vont beaucoup bosser l'album, le faire connaître. C'est une nouvelle étape pour nous tous, une nouvelle phase dans la vie de chacun d'entre nous… nouveau label, nouvel album. Le Pavot Enragé : Avec « Plata O Plomo » tu as encore osé un titre en Portugais, pourquoi ne pas faire un album entièrement dans ta langue natale ? Max Cavalera : Je crois que c'est un peu trop pour le public… mais…. en fait j'adore ! J'aime chanter en Portugais, c'est marrant, et c'est ma langue natale. On en a fait une nouvelle "el come gente" sur "Savages". Ca veut dire "le mangeur d'hommes". La chanson est sur un tueur en série vénézuélien, Vargas, c'était un cannibale, on l'a chopé dans les années 80. Il a mangé une dizaine de personnes, il était fou ce mec ! Il disait des trucs comme… Il adorait se faire des soupes d'yeux ! Ou bien qu'il trouvait que les hommes avaient meilleur goût que les femmes ! Il était cinglé. Mais il nous a inspiré, et avec Tony on a creusé sur Internet, on a beaucoup lu à son sujet, des interviews, et on a écrit une chanson "El come gente", c'est une super chanson! La musique est un peu comme sur "Meshuggah", super heavy avec des sons de guitares dissonants, et on chante Tony et moi, je chante en portugais et lui en espagnol, on combine les deux. Et elle dure 8 minutes! La chanson fait 5 minutes et après on a mis un outro de 3 minutes, c'est un flamenco, ça frappe un peu comme Led Zeppelin. On bosse avec Marc et il a placé des accord de flamenco à la guitare par dessus, c'est excellent! La plupart des morceaux de l'album sont très longs, entre 6 et 7 minutes. On a un morceau avec le chanteur de Clutch -un de mes groupes préférés- j'adore ce qu'ils font, et il a fait une partie parlée au début du morceau. Ca s'appelle "Ayatollah of rock and rolla", c'est tiré de Mad max. Il dure 7 minutes et demi. J'adore ça, faire ces longs morceaux de métal classique, c'est différent pour nous, la plupart de mes anciens morceaux sont courts, entre 2 et 3 minutes, donc c'était vraiment cool de faire ces morceaux, avec le gros solos, différents trucs, c'est différent, je pense que le public va aimer ! Le Pavot Enragé : Qu'en est il de l'actualité de ton autre groupe avec ton frêre Igor « Cavalera Conspiracy » ? Max Cavalera : Cavalera prend une année de repos ! On va se retrouver l'année prochaine pour faire un nouvel album, le troisième. Avec Cavalera j'aime faire des morceaux courts, ce sera plutôt comme…. influencé par des groupes comme Nails, Pulling teeth, presque du grind core, ça va être très brutal, court et rapide !! Tout rapide !!! Et ça c'est bon pour Cavalera, Cavalera c'est du metal, ça se mêle avec rien d'autre. C'est Igor et moi, les frères qui jouent du metal ensemble. J'aime maintenir cette pureté ! Le Pavot Enragé : Pourquoi ton frère ne joues t'il pas dans Soulfly ? Max Cavalera : Disons que je pense que c'est mieux de le garder pour Cavalera. Parce que Cavalera a été créé exprès pour lui et moi ! J'y ai pensé biensûr, il serait un excellent batteur pour Soulfly, mais je pense que c'est mieux de le réserver pour Cavalera, ça le rend spécial. Et Soulfly donne à mon fils une chance de jouer, et ça c'est bon. Le Pavot Enragé : Il y a une quinzaine d'années, j'avais lu une interview de toi ou tu disais que tu t'installerais peut être dans le sud de la France, qu'en est il de cette idée ? Max Cavalera (rires!) :  Oui ! Oui oui, j'y pense toujours! J'en ai toujours envie, j'attend que les enfants grandissent et quittent la maison! J'aime toujours cette partie de la France, on en est tombés amoureux avec Gloria les premières fois où on est venus. On en parle souvent, pour quand on sera plus vieux, un bel endroit au bord de l'eau. J'aime la culture en France, c'est bon que les gens ici aiment la culture, aiment la musique, aiment les Arts. Ce serait un bon endroit où écrire, pour écrire mes états d'âmes… donc oui, c'est toujours dans les plans, c'est toujours dans nos têtes, on veut toujours venir ! Le Pavot Enragé : On a entendu parler d'un projet avec Greg Puciato des Dillinger Escape Plan, et Troy sanders de Mastodon, vous étiez sensés entrer en studio d'enregistrement en début d'année… C'en est où ? Max Cavalera : C'est bien avancé ! Ca marche bien, on entre en studio en septembre, on va enfin enregistrer… ça va faire 3 ans qu'on parle de ce projet! On a écrit tous les morceaux, de très bons morceaux, il y en qui sonnent un peu comme Mastodon, d'autres comme Soulfly… Ca ne ressemble pas vraiment à Dillinger Escape Plan, c'est pas aussi fou et dissonant, c'est plus direct, plus métal. Je pense que c'est cool d'avoir 3 chanteurs sur chaque morceaux, moi avec Troy et Greg. On va chanter sur tous les morceaux, je trouve ça complètement original, ça ne s'est jamais fait dans le métal, ça va déchirer! Et on cherche toujours un nom…! on a pas de nom, c'est difficile… J'ai créé des noms toute ma vie, Nailbomb, Sepultura, Soulfly, je suis à court d'idées. Il doit bien y en avoir encore un dans ma tête que je peux attraper, mais je n'ai pas eu de chance. Enfin, on entre en studio en septembre à Los Angeles California, pour enregistrer un album, ce sera un excellent album, il sortira aussi chez Nuclear Blast, ils ont aussi signé ce projet. Ils sont super motivés pour ça aussi! Et on sera un peu en tournée, probablement les gros festivals de l'été prochain. Sur ce projet avec Troy et Greg, et Dave -le batteur de Mars Volta (Dave Elitch), c'est un super batteur, sur un super projet ! C'est vraiment bon de jouer ensemble, on se sent vraiment ensemble, surtout les 2 dernières fois qu'on a répété, on était tous dans la pièce, Troy a pris l'avion d'Atlanta, on a enfin pu jammer avec lui, et ça sonnait comme… un vrai groupe ! On ne sait pas trop ce que ça va donner encore, on n'a pas encore chanté les morceaux… c'est dans nos têtes ! On aura 3 chanteurs sur chaque morceaux, on doit encore placer les voix, mais ça se fera en studio. C'est super excitant, je pense que ça va être génial, je n'ai pas fait ce genre de projet depuis Nailbomb, en 95…. c'est mon deuxième projet depuis Nailbomb, et ça va être très très bon ! Le Pavot Enragé : Pour finir, quel regard portes tu sur Sepultura aujourd'hui ? Max Cavalera : Mmh… je ne sais pas trop… beaucoup de gens viennent vers moi et ne me parlent que du vieux Sepultura, le classique, ils se foutent pas mal du nouveau. Tu sais, j'ai créé un groupe avec Igor, je lui ai donné un nom. Aujourd'hui il n'y a plus aucun membre original du groupe, tous ceux qui sont là sont arrivés plus tard. C'est plutôt bizarre pour moi d'y penser. C'est comme un groupe de reprises, c'est pas le vrai groupe. Beaucoup de fans auxquels je parle aiment ce que je fais avec Soulfly, parce qu'ils retrouvent l'esprit que j'avais avec Sepultura. Je ne sais pas, j'y pense pas tellement en fait! Peut être qu'un jour on se réunira? Je pense que beaucoup de gens aimerait ça. Ca arrivera peut être, je sais pas. Mais d'ici là, j'ai plein de projets en cours, je suis occupé avec Soulfly, Cavalera Conspiracy, j'ai un livre qui sort, une autobiographie. Elle sort en septembre ou octobre.. Ca fait 2 ans que je travaille dessus avec un gars qui s'appelle Joel McIver. C'est un auteur anglais, il a fait les bouquins de Metallica, Randy Rhoads, Motorhead, c'est un bon auteur qui écrit bien. Ca fait 2 ans qu'on est dessus et c'est enfin fini, avec les photos et tout, je pense que ça va être vraiment bon ! Beaucoup de gens bien dedans, et l'introduction est écrite par Dave Grohl, c'est un grand fan ! C'est une icône de la musique aujourd'hui, il était honoré que je lui demande d'écrire l'intro du livre. Ca va être excellent ! Ca raconte tout, toute l'histoire depuis le début. Je pense que ça va inspirer du monde, surtout si t'es un gamin, avec ta guitare, t'as rien qui se passe, si tu lis un livre comme ça, ça peut t'apporter beaucoup d'inspiration, te motiver à avancer. Tu lis ça, l'histoire qui s'est passée, quelqu'un a réussi depuis le Brésil, enfin ça peut encourager des gens à faire pareil ! J'aime penser à ce bouquin comme ça. Un truc qui inspire.  Le Pavot Enragé : Merci beaucoup Max ! (ndla : Interview réalisée avec Julie Costa, dont le niveau d'anglais a permis d'assurer une traduction au plus juste... Merci Ju !)            

2 thoughts on “Interview de Max Cavalera, Soulfly au Secret Place

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>