Dark Age – Matter Of Trust

Amis du soir, bonsoir, ici Nico et direct du Pavot Enragé, je commenterais le passage à tabac du nouvel album de Dark Age, A matter of Trust (même si il n’y a plus matière à faire confiance à ce niveau).

Vous l’aurez comrpis, ce soir on passe l’album au vitriol, voir à l’acide fluoridrique (pour info, c’est quasiment ce qui se fait de plus violent en terme d’acide, bref...). Quand j’ai reçu cet album, j’ai d’abord revu leur passé, avec Minus Exitus, album honnête de Mélodeath, puis m’est revenu le goût amer d’Acedia...leur septième album qui était soit un raté (ça arrive même aux meilleurs après tout..), soit un revirement trop brutal vers un metal à minette commercial. On va pas tourner autour du pot, à la vue de “A matter of Trust”, c’était hélas la deuxième.

 

On a un album qui au début passe pour du metal honnete, le coté death n’est par contre plus là. Les voix saturées ne sont là qu’en ornement, un léger rappel au passé du groupe. L’album offre une ambiance vraiment asseptisée, limite emo...d’ailleurs en ce qui concerne ce point, la voix claire deviens vite inssuportable. Une sorte de fils caché issu de la douteuse copulation de Chester Bennington (Linkin Park) et de Matt Puck (Bullet For My Valentine). En somme, une voix mielleuse avec un trop peu de fausse hargne (pour faire dark ?)...

 

Pour le reste, on ne peut pas dire que le groupe ne maîtrise pas ses pelles, la rythmique est au millimètre, les guitaristes font le job, les solis et leads sont sympathiques à défaut d’être accrocheurs. Du coup, on est amené à se demander pourquoi tant de compos “faciles” (comprendre déjà entendues des millions de fois, usées...bref) jonchent cet album ? Et aussi, pourquoi ces samples qui viennent vous gacher les morceaux les uns après les autres (Saviour en tête...vraiment dommage) ? Ces samples qui augment le coté aseptisé, à la limite d'un album d'un groupe de pop qui aurais voulu se la jouer rebelle...le problème c'est qu'on est ici dans le cas inverse et non assumé, de ce fait l'album sonne comme faux (pas musicalement mais sur le coté spontané).

 

Après, tout n’est pas à jeter, certains morceaux épars se laissent écouter (Afterlife). A la limite l’album officie dans un style qui permet à des jeunes en mal de sensations fortes musicales de se faire l’oreille. Les sonorités assez “ado” plairont à ce public...mais quitte à partir dans cette démarche, autant s’envoyer des groupes qui produisent une musique plus vivante (August Burns Red pour n’en citer qu’un).

Bref, un album plat, qui pue le commercial (ok, il faut vendre sa musique, c'est leur gagne pain, mais là c'est trop formaté quoi...), quelques bonnes chansons, mais honnetement, je ne peux  décemment pas recommander cet album qui est à des années lumières d'un album de niveau international...tout ce qu'on peut esperer au groupe est soit de faire un retour aux sources, soit si ils veulent continuer dans ce style, une musique plus assumée et spontanée...
 

One thought on “Dark Age – Matter Of Trust

  1. Waouh, la dernière fois que j’ai descendu un album comme ça c’était « the 13th Floor » de Sirenia !
    Ca c’est clair !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>