DETORN- Of Scars And Existence

Aujourd’hui c’est le nouvel opus des frenchies de Detorn qui nous est proposé, un groupe avec un son intéressant, des paroles axées sur l'homme et sa complexité dans sa noirceur naturelle et des riffs dignes des bons standards du style deathcore, un album plein de promesses. Voici les titres de l’album décortiqués un à un pour vous donner une idée de ce groupe qui porte les couleurs du French Metal :     The Unloved Une intro bien accrocheuse toute en puissance, un couplet enragé avec un refrain très (trop) aérien, manquant lui de puissance, le riff du couplet est quand à lui saccadé et brutal à souhait. Une entrée en matière efficace, pas innovante mais bien réalisée, on déplorera tout de même le refrain « midinette » qui jure un peu avec le contenu de ce morceau demeurant intéressant et entraînant.   The Past Ou comment entamer un morceau avec un riff made in hardcore, tout en headbang,  laissant sa place à un couplet énervé des plus savoureux. Le refrain est lui aussi un peu plus « lent » que les autres passages du morceau,  même si ce dernier est moins envolé que celui du  premier titre. Un titre sympathique duquel on retiendra ses enchaînements « deathcore » avec ses passages estampillés thrash qui sont pour le moins sympathiques.   The Beloved Un sample bizaroïde, laissant place à une intro lourde débouchant sur un riff que l’on pourrait retrouver dans un album de « Devildriver », un morceau jouant encore une fois pleinement la carte du death core avec ses gros passages moshpart et ses parties rapides. Des changements de rythmes intéressants et biens maîtrisés, on a quand même droit à notre passage « voix claire » mais cette fois ci avec des hurlements au premier plan, oui tout de suite, c’est mieux !   I Will Not Stay Un riff d’intro faisant penser à « Slayer » (de loin quand même !) enchaîné avec un riff mid tempo qui se transforme en riff death...Pas mal du tout ! Et le soufflet retombe rapidement avec un passage peu inspiré en « voix claire » (qu’est ce qu’ils ont tous avec ça !). Encore un morceau plein de promesses un peu gâché par ces voix claires trop présentes (à mon goût bien sur), avec son lot de riffs intéressants mais un tout en dents de scie.   Be Me For A Day Des roulements de batterie, ça joue sur les tomes et ça déboule sur un riff qui court et qui court... Que voila une bonne entrée en matière !  le couplet reste dans cette veine intéressante..Et on attend le refrain…Et là, bonne surprise, pas de voix claires à l’horizon et pas de baisse de régime, bigre que ça fait du bien ! On a même droit à un petit solo de derrière les fagots...Bien !   Shelter C’est un peu lent, pleins d’harmoniques « sentimentales », on se demande un peu où va le morceau et là à 40 secondes, le morceau prend une tournure hardcore, une voix qui monte et c’est parti pour l’explosion avec son rythme entraînant et rapide. Ce titre tranche avec le reste de l’album, les voix claires mais justement placées prennent place dans les couplets et le refrain s’en trouve mis en avant. On déplorera quand même une transition mal inspirée (arrêtez avec ces voix claires pour midinettes  SVP) après le second refrain. Fait intéressant, la chanson est comme scindée en deux, c’est assez bluffant. J’ai bien peur que cet effet soit le seul élément clairement novateur dans ce titre.   From Miles Away L’intro fait penser à un vieux Slipknot et enchaîne sur un genre de riff très  utilisé dans l’album mais toujours groovy. Le Morceau est intéressant, disons qu’il se laisse écouter mais ne laissera pas un souvenir impérissable, notamment à cause de son refrain encore une fois trop envolé avec son riff pas très recherché…   Isolated On entre dans le vif du sujet directement, ce sera headbang…  Le couplet se passe bien, et le refrain aussi (yes !) de temps en temps une petite montée voix claire arrive (on ne sait pas trop d’où) mais l’ensemble reste catchy à souhait et le refrain montre enfin une face plus sombre et apocalyptique du groupe..Ouf ! On retiendra le final démoniaque de ce morceau, un régal !   Kill My Obsessions Intro encore une fois très intéressante et bien maîtrisée, on aime ! Le couplet est pour le moins douloureux pour nos nuques et malheureusement comme d’habitude  le refrain baisse considérablement le niveau du morceau. Un morceau encore une fois en dents de scie, des passages catchy et brutaux mais aussi des passages que l’on aimerait se voir plus rares. Des riffs très intéressants trouvent leurs place dans ce titre ce qui ont pour effet de relever le niveau général.   Thing Turn to Drama Un titre dans la logique de l’album, de gros riffs bien rapides et tranchants quelque peu gâchés par les passages un peu trop aériens et manquants un peu d’intérêt.   Something On The Way Encore une fois une entrée en matière réussie qui retombe dans les « travers » décrits tout au long de cette chronique, ces « fameux » passages en voix claire qui plombent un peu l’ambiance. Le titre bénéficie toutefois de son lot de riffs intéressants.   The Penitent Bim, ça part dru avec une ambiance death et sa batterie « rouleau compresseur grindcore » et là, chose peu commune, on retrouve un refrain hurlé/inspiré, une bouffée d’oxygène, ce titre fait un bien fou ! à écouter d’urgence, ses passages inspirés sortis tout droit d’un « The Impossibility Of Reason » de Chimaira se fondent diablement bien dans ces riffs deathcore maitrisés !   Ending Ce morceau de 2min 45 sert d’outro à cet album, un morceau instrumental léger et a la limite de la berceuse nous fait revenir du Pays de la brutalité de Detorn (surtout après le titre « The Penitent »),  le rythme cardiaque retombe, l’opus prend fin.       « Of Scars And Existence »fait partie de ces albums qui sont appréciés à leur juste valeur après plusieurs écoutes. Mais cet opus reste dans la veine de la mouvance actuelle sans trop de surprises. Detorn débarque donc pour nous asséner de bons riffs mais avec des parties envolées qui , encore une fois à mon gout, ne devraient pas se retrouver de manière systématiques sur ce genre de compos, mais bon, le style veut ça, mais à mon humble avis, hurler plus est la clé de leur besoin de se détacher de la mouvance actuelle, pas besoin de chercher midi à quatorze heures, le maître mot : Stay Brutal !   Detorn donc souffle le chaud et le froid tout au long de cet album, des idées ils n’en manquent pas, les enchaînements sont bons, les riffs excellents à 80% et moins bons sur les 20% restants (j’ai pas dit mauvais hein !). J’attends de les voir en live avant de me prononcer sur leur qualité en tant que groupe, mais pour cet album, je le qualifierai d’intéressant mai d’un peu trop commun et répétitif. A découvrir tout de même, des passages y sont très bons tout au long de l’album. Si j’avais un titre à donner pour vous faire découvrir les frenchies de Detorn, ce serait le bon « The penitent» ou « isolated » qui sortent vraiment du lot ! Çà fait plaisir de retrouver du French Metal à ce niveau, ne manque plus que le petit plus (et encore, je suis difficile), mais ça ne saurait tarder au vu de la qualité proposée…   A vous les enragés!

One thought on “DETORN- Of Scars And Existence

  1. Bonne chronique Guy ! Cool de voir des français à ce niveau. Plus qu’à espérer qu’ils réussiront à passer les frontières !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>