Interview d’Arcania – Partie II

(suite)

Donc en gros ça se passe bien !

Oh oui, entre nous quatre ça se passe vraiment super bien ! A partir du moment où on rigole… On est toujours en train de se marrer entre nous, de raconter de la merde ! SI on rigole plus, c’est que ça sert plus à rien ! On est toujours en train de rigoler, et c’est vraiment le cas avec Nico. Et tu vois, on nous posait la question aujourd’hui de quels sont les critères pour recruter un nouveau membre, le premier c’est qu’il faut qu’il rigole ! Le feeling humain, ça fait cinquante pour cent de la décision. Si on ne s’entend pas, on va se prendre la tête, on va se foutre sur la gueule et ça ne sert à rien. Et la musique, je ne vais pas dire qu’elle en sera plus mauvaise, mais ça se ressentira sur la manière de jouer. Alors qu’avec Nico on savait qu’on rigolait avec lui et que ça se passerait super bien, et voila ! Et du coup, mêle les solos il prend du plaisir à bosser dessus, à jouer et tout, et voilà.

C’est le plaisir qu’il y prend qui contribue à le mettre à ce niveau là ?

Le niveau non, il y a beaucoup de taf derrière. Il y a beaucoup de taf pour nous tous, on a envie de rendre quelque chose de propre, de pro, de carré, quelque chose de bien en fait ! Qui serve la musique qu’on a envie de faire partager, et pour ça le travail il est obligatoire ! C’est le gala quoi. Mais toujours en rigolant !

Et par contre, il y a deux titres instrumentaux qui apparemment se correspondent, Dreams End All Days et Days End All Dreams, est-ce que tu peux nous expliquer le concept ?

Qui se correspondent au niveau du titre ; c’était le petit jeu de mot !

Musicalement il y a quand même un rapport… Dans leurs styles, qui sont justement assez opposés…

Tu trouves qu’il y aune correspondance ? Peut-être le côté ternaire un petit peu, peut-être. Oui c’est vrai, il y a le côté ternaire qui est là, mais qui est assez récurent en même temps chez nous aussi, c’est du ternaire dans le binaire mais oui ; toujours ce côté un peu valse cyclique qui est toujours là : tintintin tintintin tintintin... Et en fait ça c’est la base, la base de beaucoup de nos morceaux, et que ça soit justement ce côté cyclique qui revient, qui revient… Envoutant, peut-être… Mais sur les deux morceaux oui, c’était un jeu de mot sur les titres et c’est tombé sur les deux instrumentaux, ce n’était pas forcément une correspondance particulière mais ça tombait bien comme ça !

Déjà, ça n’est pas très courant de mettre deux titres instrumentaux dans un même album !

Non, c’est vrai ! C’est sûr qu’en ce moment ça ne fait pas partie des us et coutumes, ça c’est clair ! On aurait mis deux titres instrumentaux comme Dreams End All Days – celui qui est au milieu de l’album, qui est très metal, ça n’aurait pas eu sa place. Mais là comme l’autre est différent, qu’il est acoustique, plus ambiant avec une progression, ça n’en devient pas choquant – enfin pour ma part en tout cas ! C’est moins choquant que si on en avait eu deux vraiment amplifiés et saturés, là l’autre c’est une ambiance complètement différente. Et qui fait un peu OVNI par rapport au reste de l’album. Voila ma vision de la chose ! (rire)

Justement, dans l’OVNI au début on entend des voix d’enfants ; on dirait que c’est un thème qui revient souvent chez vous.

Tout le temps ! On aime les enfants ! (rire) Non, encore une fois on revient sur le même thème, sur l’enfance, sur cette nostalgie qu’on a de quand on était gamin. Et les enfants, ça aussi c’est un thème envoutant qui peut être glauque, aussi bien magnifique que glauque à la fois. C’est un thème qui revient souvent dans nos albums, ce thème enfance, rêves tronqués qui se confrontent à la réalité… Sur le début de ce morceau-là ça peut devenir glauque mais ça peut le sublimer aussi. Chacun le voit comme il le veut !

Tu es nostalgique seulement de tes rêves d’enfances, ou tu penses que le monde a aussi changé depuis cette époque-là ?

Le monde a forcément changé, ça c’est clair ! Bien sûr le monde évolue, en bien ou en mal…

Surtout au niveau du thrash !

Ca c’est clair ! Mais là il y a un revival, même au niveau des vieux groupes comme Dark Angel qui se reforme, Death qui cartonne, Death Angel qui se reforme aussi, Testament qui explose depuis quelques années, Kreator qui revient sur le devant de la scène…

[caption id="attachment_17249" align="aligncenter" width="399"] Dark Angel ? Qui sait ! Peut-être un jour une deuxième reformation ![/caption]

Sur le thème de l’enfance, il y avait le clip de Leave My Mind, de Sweet Angel Dust ; avec le titre et les paroles ça m’avait l’air d’une chanson d’amour ; mais en regardant le clip j’ai eu l’impression que c’était sur la pédophilie, avec la petite fille qui dort mais qui se retourne dans tous les sens, et une personne à côté dont on ne voit pas le visage, qui la regarde dormir… Mais sauf que la fin n’est pas claire. La présence qui semble menaçante est finalement rassurante, et il y a le phono qui continue à tourner et en le voyant elle a l’air de comprendre un truc…

C’est marrant que le vois comme ça ! En fait c’était par rapport à la perte d’un être cher, il revient pour la rassurer. Mais c’est vraiment marrant que tu l’ais compris comme ça, des enfants, des cauchemars, ça parle forcément de pédophilie ! Mais oui, de toute façon on n’est clairement pas explicite dans nos textes pour justement laisser une place d’interprétation à chacun. On reste évasif sur le thème, à vous de trouver une interprétation. Si tu le vois sur la pédophilie, pourquoi pas ! A la base ça n’était pas ça mais comme c’est pas explicite… Pourquoi pas ! (rire) Il y en a sûrement d’autres qui ont trouvé encore d’autres interprétations !

Par contre le clip de Sweet Angel Dust (la chanson) c’était trop énigmatique, je n’ai rien pu interpréter du tout !

Ah le clip c’est une américaine qui l’a fait ; elle fait des montages comme ça, de photos ou de films d’archives, et c’est elle qui a fait sa propre interprétation de la chanson. Elle avait fait un clip qu’on adorait pour le Director’s Cut de Fantomas, sur la reprise du morceau de Rosemary’s Baby, et du coup elle avait fait pour eux un truc un peu dans le même délire ; et on avait adoré l’ambiance glauque qu’il apportait sur le côté très infantile, mais où on ne sait pas trop sur quel pied danser, si c’est à sublimer ou si c’est glauque et en gros on lui avait demandé de faire un truc comme ça. Donc ça c’est son interprétation à elle de Sweet Angel Dust. Donc ne me demande pas ce que ça veut dire d’un point de vue image, je ne pourrais pas te répondre !

D’accord ! Et ton interprétation à toi de la chanson c’est quoi ?

Ah, toujours la même chose, c’est la poussière d’ange qui est avec nous… Après on y croit ou on y croit pas, c’est des images de gamin quoi. Les êtres qui sont avec nous ou pas, sans entrer dans le mysticisme ou l’ésotérisme…

Il n’est pas vraiment parti ?

Oui, on peut penser ça, ou c’est devenu un ange, il y a plein de trucs…

D’accord !

Et du coup l’album, toi tu en as pensé quoi ?

J’ai adoré ! Surtout les trois que j’ai cité au début, les deux morceaux instrumentaux, le jeu de mot entre les deux et le fait de caser deux morceaux comme ça dans un même album…

 Ca en fait cinq ! Cinq sur dix c’est pas mal ! (rire)

J’ai beaucoup aimé les autres aussi, mais c’est celles-là que j’ai préféré ! Surtout Suffering for an Answer !

Carrément, moi aussi j’aime bien cette fin, l’ambiance qu’elle dégage…  C’est pas un de mes morceaux préféré, au niveau fin par exemple je préfère A Scar in Our Mind, j’adore cette espèce de montée un peu à la Tool – je ne sais même pas si on peut comparer ça à Tool mais oui, j’aime bien cette montée.

C’est encore le même thème ? La cicatrice dans l’esprit…

Oui ! Voila, voila ! Tu lis dans nos esprits comme dans un bouquin ! Comment t’as deviné ?

Comme un fantôme dans le miroir ! Celle-là aussi j’ai beaucoup aimé d’ailleurs, mais le thème avait l’air différent ?

(rire) Nickel ! Non en effet, mais là il faudrait en demander plus à Cyril, c’est lui qui a tout écrit et je n’ai pas mis le nez dans toutes les paroles ; je connais les thèmes qu’il va aborder et du coup je lui laisse carte blanche là-dessus ; les parties instrumentales m’intéressent largement plus que les paroles. C’est vraiment ce que j’aime le plus. D’un point de vue général hein, la musique m’intéresse largement plus que d’écouter un chanteur ou les paroles. Si la musique n’est pas intéressante je n’écouterais pas la chanson, ça c’est clair et net. Après il fait son truc et je lui fais à 200 % confiance !

Et maintenant vos projets ? Tournée ?

Oui, tournée, on va essayer de tourner un maximum et puis nous défendre partout, vraiment nous défendre sur scène. Ca c’est important, y a pas photo ! On joue avec Gojira et Lofofora début juillet ; on joue avec Dagoba en novembre prochain et y a plein de dates qui s’enchaînent de septembre à décembre. On va commencer par ça ! Et puis là ça va tomber de plus en plus et ça va vraiment être bien ! Hâte de jouer sur scène !

Hâte de vous voir !

Carrément ! On se fera une date sur Paris, sûrement au Divan du Monde. Viens boire un godet après ! De toute façon nous on est là avant tout pour rigoler et faire la fête !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>