Machinae Supremacy – Phantom Shadow

Cetrains pour s’échapper de la réalité lisent…d’autres regardent des films…d’autres encore choisissent les jeux vidéos. Machinae Supremacy sont de ceux là, et cela se ressent sur leur musique depuis leur tout premier album « Deus Ex Machinae ».   Si les suédois évoluent dans la veine power/heavy, leur musique est en plus agrémentée de pas mal de sons synthétiques rappelant ce cybermonde qui est si cher au groupe. C’est grâce à ça que l’on reconnais bien la patte du groupe. On a donc un mélange de rock, de power et de bitpop…puis la voix de Gaz se marie vraiment bien au mélange.   L’album Phantom Shadow, dernier en date ne fait pas exception au crédo lancé par le groupe. Avant même d’entendre la moindre note, le titre et la pochette du groupe sont dignes de ces jeux de rôles japonais qui auront su tenir en haleine les plus geeks d’entre nous (« Mais crève Sephiroth !!! »).

Suffisement tergiversé, attelons nous à la musique…sans surprise, on retrouve les mélodies chères au groupe ainsi que l’instrumentation qui a fait son charme depuis Deus Ex Machinae. C’est accrocheur, ça bip dans tous les sens, des titres comme Perfect Dark  ou la très sautillante Thrones of Games  (hop la référence qui va bien !) nous envoient droit dans ces mondes ultra colorés, épée à la main ou dans une ville dévastée aux commandes d’un gros mecha (j’ai essayé d’écouter l’album en jouant à Hawken, ça passe crème !).   « Oui mais, on entend ça depuis le début ! Ils ne savent rien faire d’autre ? ». Attend jeune loup impétueux, tout vient à point à qui sait attendre…en effet, si à la première écoute on est en terrain connu, en explorant un peu on rencontre des créatures plus exotiques : L’interlude Captured (Sara’s Theme) aère l’album et nous montre que MaSu sait aussi faire dans la composition d’ambiance…ce genre de compo qui change le monde autour de vous rien qu’en l’écoutant). On pourra citer également Europa et son magnifique passage  acoustique, un joyau de mélancolie. http://youtu.be/UZBV25oJv6M Bref, MaSu a encore frappé fort. L’album est plus posé que les précédents mais a toujours le don de nous envoyer dans des mondes imaginaires (chacun choisira le sien). Si vous aimez le power mélodique, que vous voulez un truc qui sort un peu des sentiers battus et qui ne sent pas la branlette de manche (regarde mon solo ultrarapide !)…jetez-vous dessus...Perso, je retourne casser du méchant à Telara ;)   PS : pour les curieux, le groupe a mis en téléchargement sur leur site beaucoup de leurs premiers EP et aussi Deux Ex Machinae, leur premier album... http://www.machinaesupremacy.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>