Lelahell, Al Insane

Lelahell est un groupe de Brutal Death à l'ancienne, comme on n'en fait plus trop, mais surtout un groupe improbable quant à leurs origines. Avec leur influence à la Cannibal Corpse on pourrait les imaginer nous venir tout droit des states,ou bien des contrées nordiques influencés par le froid et les forêts enneigées. Et bien ce serait se fourvoyer, car point de neige sous les latitudes ensoleillées d'Algérie d'où nous viennent ces 3 musiciens de l'extrême, adeptes de chants gutturaux, double pédale, et autre sweeping. Paru sur le label Horor Pain Gore Death production le 5 aout dernier, « Al Insane The (Re)Birth of Abderrahmane » est le premier album de Lelahell. Le groupe avait sortit un EP 6 titres il y a deux ans sur un label polonais, qui avais reçu de très bonnes critiques, entièrement enregistré par le frontman Redouane Aouamer Aka Lelahell, depuis rejoint par Nihil à la basse et l'impressionnant Slaveblaster à la batterie. A la différence d'autre groupes originaires du Maghreb tels Acyl, Myrath ou Arkan, Lelahell, ne joue pas trop sur ses origines musicales, excepté sur le mini titre Imzad où des instruments traditionnels nous enivrent de rythmes orientaux, le reste de l'album est constitué du plus pur et dur brutal Death Metal venu droit des enfers sans fairede détour par la médina. Les compo se veulent plutôt techniques et soutenues, d'une violence inouïe, le batteur nous assène de double grosse caisse très maitrisée à longueur de temps, passant parfois à des passages blast extrêmes, quant aux riff de guitares rappelant Death ils sont juste et incisifs, torturés et mélodiques. L'intro « Mazaghran » nous met dans l'ambiance avec des bruits de bataille à cheval sur un texte de poésie sur ce conflit éponyme avec les Espagnols, puis enchaine « Al Intissar » (la victoire) d'une brutalité absolue agrémenté d'un solo très lyrique. L'album continue dans cette veine, traitant de sujets divers tels que les moujahidines « Kalimet », un kidnappeur « voices revealed », les horreurs de ce monde et le rapport des éléments et de la nature avec notre existence « Am i in hell », « Black hands », « Hilal » Nous noterons un titre en Français « Hypnose » alors que le reste de l'album est en Anglais, traitant de nos dirigeants politiques et leurs discours démagogiques. L'album se termine par « Mizmar » (une flute traditionnelle au son envoutant et captivant) et nous met le coup final de par sa violence crue et son tempo hyper rapide. En définitive un très bon album sans concessions qui plaira aux adeptes de Death metal, voire de Black. Un groupe à suivre et de près lors de leur venue dans nos contrées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>