Machine Head à L’Espace Julien, Marseille.

Nous voila donc à l’Espace julien pour accueillir et résister au tsunami Machine Head. Ce groupe approchant le statut de mythe qui arrive à regrouper les anciens et nouveaux metalheads, un groupe qui a ce petit quelque chose d’unique qui ne saurait tarder à les faire passer au rang de superstars du metal (ceux sont déjà de grandes stars) au même titre qu’un Sepultura ancienne époque ou d’un Metallica. Ben oui, en réfléchissant un peu, qui remplacera les groupes fédérateurs d’aujourd’hui tels que Iron Maiden, Kiss etc, qui sont pour nous les légendes qui ont initié le metal et sa déferlante ? Peu de groupes me semblent aussi bien placés que Machine Head, de part leur longévité, leur créativité, leur disponibilité et leur attitude tellement metal et communicative pour remplacer les anciennes gloires ? Bref, on se recentre sur le sujet , à savoir, le live de Machine Head à Marseille à l’espace julien … Je n’en reviens d’ailleurs toujours pas de me dire que ce groupe hors norme capable de remplir des salles monstrueuses se retrouve à jour devant un public de 1000 personnes et , qui plus est , à Marseille qui est loin d’être reconnue pour être la capitale du metal… Quoiqu’il en soit, la soirée passée fut des meilleures et le show des ricains de MH n’est pas étranger à l’affaire ! Tout commence (comme d’habitude) autour d’une bonne bière avec quelques potes.  On est tous réunis, en train de se chauffer à l’annonce de l’affiche du Hellfest 2015 au doux son d’une fanfare jouant à tue tête des morceaux de System of A down, Rammstein, Metallica devant l’entrée de la salle. On entre dans l’espace julien pour découvrir la première partie du soir les dénommés Devil you Know. Loin d’être mauvais, ces derniers ne sont cependant pas parvenus à faire décoller l’ambiance, leurs compos sont bien réalisées mais restent très « scolaires », quelques irréductibles on bien fait quelques slams et se sont échauffés sur un circle pit, mais cela ressemblait à des ondulations sur un paisible lac suisse comparé à la prestation de Machine Head… Rentrons donc de plein pied dans le presta de MH. Si on devait essayer d’en faire un petit résumé, ce serai énergie, communion et survie. Énergie, comme la pêche dont font preuve les ricains de MH, notamment leur frontman Mister Flynn qui, du haut de ses 47 ans (et oui, j’ai vérifié…Le metal ça conserve !) mets une ambiance incommensurable, est d’une justesse technique juste impressionnante (vocalement et sur sa gratte). On ne peu non plus laisser passer le reste du groupe qui passe son temps à sauter dans tous les sens, un Phil Demmel haranguant la foule tout au long du show, un bassiste avec une banane collée au milieux de la figure qui n’a pas laisser tomber son sourire tout au long du show et un batteur ne rechignant pas à la tache tapant de plus ne plus fort au grès des morceaux… La communion, là, le mot semble fort, la vérité est que, nous n’avons pas assisté à un concert de MH ce soir là… Nous avons communié avec eux ! Il n’y a pas MH et le public, c'est un tout.  A savoir que l'esprit qui planait n’était qu’échanges ce soir là et ce concert restera dans les mémoires de chacun ayant eu la chance d’y assister. Donc non, le terme communion n’est ni trop fort, ni usurpé, comme le dit l’adage, il faut le voir pour le croire, cela est difficilement descriptible par des mots mais une ambiance comme celle-ci est unique et mérite d’être vécue ! Arrive mon mot préféré, la survie. Comment dire, pour situer le tout, se retrouver, sous une chaleur étouffante, de la sueur ruisselant de chaque pore de notre peau, au milieu d’un troupeau de metalleux énervés n’est pas une sinécure, non, cela est purement est simplement de la survie ! se retrouver , le souffle court à s’accrocher à de parfaits inconnus (qui entre claques dans le dos clins d’œils et sauvetages à propos sont devenus plsu que de simples inconnus) pour éviter de se faire piétiner ou littéralement écraser entre deux hommes ressemblant géants décrits dans l’Iliade, je ne voit pas comment le nommer autrement que par ce terme. Mais assez du ressenti, passons au show en lui-même. L’entrée, comme un clin d’œil à la résurrection du groupe qui s’était égaré le temps de 2 albums, se fait par le titre « Impérium » du plus que bon album « The Blackening », autant dire que le titre fait mouche et que les personnes ayant écoutés religieusement le premier groupe de la soirée se sont transformés en démons déchainés dés les premières notes ! Une fois passé cette délicieuse mise en bouche,  on se délecte d’un très, mais alors vraiment très bon « Beautifull Mourning », la chaleur vient de faire exploser le thermomètre, ça y est, les visages sont fermés, l’attention retenue par une seule chose la scène sur la quelle sont en œuvre  les bêtes que sont Machine Head. Je ne vais pas passer en revue tout le show de MH, mais juste pour faire saliver les fans, sachez que « Now We Die » et « Ghosts Will Haunt My Bones », déjà très bons sur le nouvel opus « Bloodstone & Diamonds » sont justes énormissimes en live, que MH n’oublie pas non plus les anciens gros titres comme « Davidian » et « Ten Ton Hammer », les titres qui font plaisir comme « Locust » ou « Aesthetics Of Hate » les titres surprise comme la reprise (un bout seulement) de « The Number of The Beast » et les bons vieux titres que la bande n’a pas du jouer en live depuis un moment déjà comme le bon vieux (héhé) Old . Sans oublier deux rappels en terminant leur performance sur Halo  histoire de mettre la chair de poule à toute l’assemblée. Voici donc la setlist de ce show mémorable, je présente mes sincères excuses aux personnes qui n’étaient pas présentes ce soir là, vous avez manqué quelque chose de grand ! On commence par : Impérium/Beautiful Mourning Now We Die/Locust Ghosts Will Haunt My Bones/Bite The Bullet Darkness Within/Ten Ton Hammer Bulldozer & Davidian Rappel A New Level/The Number Of The Beast/Aesthetics Of Hate Old&Rappel 2 Halo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>