Lordi – Scare Force One

Ah, Lordi, groupe finlandais ayant marqué les esprits grâce à leur victoire à l’eurovision (Mr Drucker vous en parlera…), mais aussi par son identité visuelle marquée fleurant bon le cinéma d’horreur kitch mais jouissif. La formation est également connue pour son heavy très mélodique mais se renouvelant peu au fil des albums. Beaucoup ont dit qu’ils ont fait l’erreur de sortir leurs albums trop vite en bâclant le travail…pour ce Scare Force One, ont-ils encore fait la même erreur ? Comme le veut la tradition Lordienne, on commence par une intro bien kitch mais vraiment pas désagréable. Ca plante le décor, ça aide à l’immersion dans ce monde bien sanguinolent. Pour la suite, on est dans du Lordi, la recette est connue, ça marche même si on ne révolutionne pas le style. Si les amateurs du style seront conquis, les auditeurs plus occasionnels auront l’impression d’entendre un de leurs anciens albums, comme une sensation de déjà vu…bref, soit on est fan, soit on va s’ennuyer sec.   Cet album possède quand même quelques qualités, ici, les riffs sont accrocheurs, on headbang rien qu’en entendant les premières notes. Un autre atout du disque, est l’absence de temps morts : c’est rythmé et on en sort qu’à la fin. Il n’y a pas un morceaux qui serve de remplissage (ce genre de morceau qui en fest signifie « pause bar »).   La prod léchée va vraiment ajouter à l’identité du disque et nous faire retrouver cette atmosphère glauque si chère à Lordi. Les orchestrations au clavier améliorent clairement chaque chanson sans les vampiriser. Prenez des morceaux comme Nailed by the Hammer Of Frankeinstein…tout est dans le clavier. Cet album c’est un peu comme cette montagne russe à la fête foraine, c’est très prévisible, on sait comment va se comporter le wagon à chaque moment (ça monte lentement ? Grosse décente après… ). C’est du connu, du déjà entendu mais du jouissif quand même. Je pourrais conclure la chronique ici en disant que l’album est médiocre, que ça sonne comme des fonds de tiroirs ressortis pour ajouter un album au titre sympa (faut avouer que le jeu de mot est bien trouvé) à la discographie de Lordi…Mais non…si on a tout entendu, on a pas tout vu.   Si ce disque est une repompée des anciens, il ne faut pas oublié que Lordi c’est avant tout un groupe de live ! Lordi, c’est un spectacle et c’est avec des titres comme ceux présents sur l’album qu’on agite une foule…Imaginez une foule geulant sur « Hell Sent The Clown »….ouaip, ça a vraiment de la gueule, et a ça, on ajoute que le groupe sait agiter une foule.   La vraie conclusion de cette chronique est la suivante : Cet album, dans sa version studio est assez convenu, on en fera vite le tour…C’est en live que cet album s’appréciera pleinement.   Lordi n’est pas un mauvais groupe, c’est juste que c’est la scène leur vrai terrain de jeu et c’est là-bas que je vous invite à aller écouter ce disque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>