SCORPIONS – RETURN TO FOREVER

Record de longévité ? Peut-être. Ou pas loin. En tout cas, dans un monde où on privilégie de plus en plus l’éphémère voir un groupe de rock souffler ses cinquante bougies – et surtout, le faire en pleine possession de ses moyens et serein quand à l’avenir – est un vrai symbole. En particulier, pour les vieux croutons ayant grandi dans un monde où internet n’en était qu’à ses débuts, où youtube n’existait pas, et où les mots « buzz », « blog » ou « hoax » n’avaient aucune signification, voir Scorpions continuer sa route a quelque chose de rassurant. Et ce n’est pas sans un certain plaisir qu’on repense aux groupes dont on nous rebattait les oreilles il y a dix ans et qui ont depuis totalement sombré dans l’oubli, et qu’on se dit : « bon, le temps a été le meilleur des juges… »

Il y a cinquante ans qu’un jeune hanovrien de dix-sept ans nommé Rudolf Schenker fonda avec ses amis un petit groupe de rock du nom de Scorpions, avec lequel il se mit à jouer des reprises des Beatles et d’autres célébrités, puis petit à petit leurs propres chansons. Le succès fut au rendez-vous. Il y eut des changements de line-up – assez peu comparé à la longévité du groupe ; des évolutions dans la ligne musicale – souvent peu goutées par les fans – mais qui laissaient toujours leur place à un retour aux fondamentaux.

Comment ont-ils fait pour tenir si longtemps ? Ils donnent eux-mêmes la réponse. We build this house on a rock“. Leur maison, c’est Scorpions. Ils l’ont construit solide. Patiemment, pierre par pierre. Et, ce qui est le plus important, sur de bonnes fondations : l’amitié et l’entente. Et ils ont tenu.

Le ton est donné. Beaucoup de titres parlent de leur longue espérance – ou du moins peuvent s’interpréter comme tel. Certains, tels Rock 'n' Roll Band, proclament fièrement l’identité du groupe : “You wanna know who I am ? I’m in a Rock’n’Roll band ! Oh yea, yes I am!” Et la musique qui l’accompagne justifie pleinement cette affirmation. Un très bon hard rock, dans la lignée de ce que Scorpions sait faire de mieux avec chœurs puissants, excellents solos de Rudolf Schenker, et dans le chant de Klaus Meine une véritable fierté. Un hymne au hard rock et à tous ceux qui en ont joué.

Dans la même lignée, Hard Rockin' the Place affiche clairement leur objectif premier :

Hard rockin’ the place

Wherever we go, whatever it takes!

La suite apporte quelques nuances – mais même si les ennuis les submergent, ils font face et se relèvent toujours. Hard rock, parfois limite heavy, un tantinet plus sombre peut-être mais remplie d’énergie, et un refrain qui reste dans la tête.

All For One, de même est assez transparente. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir un son plus agressif que les autres, avec une production plus brute, limite froide.

Tous les éléments qui ont fait le succès de Scorpions sont là : les solos éblouissant de Rudolf Schenker, les chœurs puissants sur les refrains, le chant de Klaus Meine. Et, bien sûr, les power balades. Elles sont particulièrement représentées même, pas moins de trois : Rock My Car, Eye of the Storm et Gypsy Life.

Cette dernière est peut-être la plus réussie. Très mélancolique, elle fait en quelque sorte le bilan de ce que cette vie en grande partie passée sur les routes leur aura apporté – et ce qu’elle ne leur aura pas permis d’avoir. Mais le choix est fait. Et c’est la conclusion de l’album.

Clairement, Scorpions n’est pas là pour ouvrir de nouvelles portes ou se diversifier. Ce temps là, celui des essais et de l’expérimentation, est passé. Ils sont revenu aux fondamentaux, à ce qu’ils savent et aiment faire le mieux. Le hard rock à l’ancienne, les power balades, la joie de vivre et la nostalgie. Beaucoup de fans crieront sans doute à « l’album de trop », celui qui ne rajoute rien à la légende et ne fait que réutiliser les vieilles recettes. Mais le message de Return to Forever est clair : nous sommes Scorpions et nous le resterons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>