Arverne Metal Fest

Pour sa deuxième année, le Arverne Metal Fest s'est doté d'une affiche très alléchante, constitué en grande partie de groupes de la scène Française, nouveau venu comme monstres nationaux, et les Islandais de Solstafir. C'est donc au Galion de Gerzat que se déroule le festival. Situé à quelques kilomètres de Clermont-Ferrand, le site est facile d'accès et bien indiqué à la fois par les membres du staff ou par les panneaux de signalisation. C'est donc vers 16h le Samedi 7 Avril que nous arrivons sur le lieu du festival. Le temps de récupérer nos places, de faire un tour dans l'enceinte de la salle, où plusieurs stands de ventes sont disposés, des stands officiels à d'autres où l'on pouvait trouver toutes sortes d’ustensiles  et se faire quelques compagnons de routes (un salut à Clément et Flo, rendez vous au Hellfest les gars !!) que le premier concert de la journée et du festival commence par les jeunes de Tess, venue défendre leur troisième album La Confrérie sur les terres Auvergnate. Le concert commence fort (surtout la basse, trop haute par rapport aux autres instruments) et les membres du groupe se donnent à fond devant une salle trop grande pour la population timide et restreinte de ce début de soirée. C'est donc sous quelques regards que Tess finira son show le poing haut après avoir déclenché un wall of death où le guitariste lui même est descendu se joindre au public. Après les jeunes de Tess, c'est au tour de Kells d'enfiler le Bleu travail et de monter sur scène interpréter son excellent dernier album Anachromie devant une foule à peine plus grosse que le live précédent et toujours aussi peu motivé malgré une excellente prestation du groupe. Noter la monté sur scène de deux invités, le premier étant Mr Caleçon qui se retrouva la pantalon sur les chevilles après avoir était invité par Virginie à se déshabiller sur scène et la seconde, non des moindres, la monté de Candice de Eths venue, pour le temps d'un duo, interpréter La Sphère avec les membres de Kells.                           N'étant pas un grand fan de Death Metal, j'aurais un peu de mal à parler du troisième groupe de la soirée, Nephren Ka, qui avec une technique et un vitesse pareille, a dû faire le bonheur des aficionados du genre. Après avoir mangé quelque chose (un resto africain à un festival de métal, ça c'est génial !) vient enfin l'une des têtes d'affiche de la soirée, avec la montée de Eths sur scène, attendu cette fois ci par une salle beaucoup plus remplie que lors des concerts précédents, mais pas plus motivé. Chose que remarquera très vite Candice et qu'elle fera remarquer. Malgré cela, le show est super bien rodé, que ça soit les jeux de scènes entre les musiciens et particulièrement entre Stéphane et  Candice, où la qualité de la musique joué ce soir, que ça soit les nouveaux morceaux de III ou bien leurs grands classiques, Eths montre encore qu'il est un grand nom du métal Français et Européens. Le temps de se remettre de ces émotions, qu'arrive le clou de la soirée, le monstre des monstres, le papa du thrash metal français, Loudblast qui, en grande forme fera éclaté Le Galion grâce a ses rifts incendiaires. Au chant de Stéphane Buriez et sans oublier la batterie de RV, majestueux, comme les autres membres du groupes qui arrivera a faire bouger la foule, enfin démonstrative après presque 6 heures de concert, donnant alors le sourire aux membres du groupe et en particulier au chanteur qui n’arrêtera pas de discuter avec le public, le chauffant de plus en plus au fil du live, pour finalement le mettre au creux de sa main et le diriger au doigt et aux cries jusqu'à tard dans la nuit.   Après une nuit fraîche et peu confortable c'est déjà le deuxième et dernier jour de festival.  Une balade dans les rues de Gerzat et quelques achats de survie élémentaire, nous voici revenu sur le site du festival pour le contest de air guitar, et pas n'importe lequel, vu qu'il s'agit d'une étape officielle du championnat de France. Plein de bonne humeur, d'humour, de passion et surtout bien crevant, l'exercice est moins facile qu'il n'en parait et c'est en usant d’ingéniosité que le champion de cette année a remporté la victoire grâce a un sens inné du déguisement. Respect Mr Minotaure Gothique et bonne chance pour Paris. Après ce grand moment de rigolade, place aux choses sérieuses avec la monté sur scène de The Four Horsmen, le groupe tribute à Metallica, qui interprétera les grands morceaux des californiens, avec une préférence pour ceux des années 80 et en y rajoutant sa touche perso, au niveau musical où les musiciens maîtrisé  parfaitement leurs instruments et leurs voix comme pour le jeu de scène où on pouvait admirer le chanteur/bassiste et l'un des guitaristes se lancés dans des parties de Shi Fu Mi (pierre,papier,ciseaux) lors des solos de guitares où comme pour les originaux, les voire se rassembler autour de la batterie. Après ce petit retour dans le passé, place au présent, et surtout au seul groupe "local", Cloverseeds et son metal aux frontières du progressif, avec des rythmes et une voix partagé entre larmes et fureur. Le groupe fera même la surprise au public d’interpréter quelques futurs morceaux de leur prochain album. A la suite des locaux viennent les seules internationaux du week end, en la présence de Solstafir, groupe venue des terres gelées d'Islande avec un son viking hippie metal de toute beauté, où l'ambiance et musicalité ne font qu'un. Le groupe produit une musique qui vous touche au plus profond de vous et ne vous laisse pas indemne tant l'univers de ce groupe peut être sombre et froid, ambiance renforcé par la voix du chanteur, tout simplement envoûtante et déroutante sur une musique de fond qui peut évoluer de sons psyché aux riffs dévastateurs. Le moment planant terminé, retour au bourrin avec ni plus ni moins que les Hatebreed français, Detorn. Avec leurs metal puissant et complexe nous réveillent à grand coup de riffs dans la gueule et de chant à l'ambiance malsaine à rendre taré n'importe quel metalhead présent ce soir grâce à des passages hurlé et d'autres plus posé, comme si le chanter s'adresser à chaque membres du public. Le groupe permet grâce a son concert d'une grande qualité de se préparer pour le show le plus attendu du week end et le final de cette deuxième édition du Arverne Metal Fest, Dagoba. Surement le groupe qui aura réunis le plus de personne cette année et qui les aura le plus fait sauter. Le groupe enchaînera ses plus grands classiques dans une performance hallucinante, surtout Franky, toujours aussi impressionnant derrière ses fûts et qui n'hésitera pas a prendre plusieurs fois la parole durant ce live, surtout pour le dédier à un de leurs ami et grand fan, mort récemment et originaire de Clermont-Ferrand. Le groupe au complet restera plusieurs minutes sur scène afin de partager quelques mots avec leurs fans ou de donner baguettes et médiators. Conclusion de ce week end de festival, une grande maîtrise de la part des organisateurs,    qui ont étaient capables de faire en sorte que cet évènement se passe dans les meilleurs  conditions possibles, de l’ingénieur son aux bénévoles présent sur le site, un grand merci à eux. Une grande maîtrise également des membres présent, qui ont fournit d’excellente prestation tout au long du week end,  malgré une foule parfois trop timide ou trop en retrait par rapport à la scène, peut être le seul point noir de ce premier festival de la saison. En espérons vous revoir l'an prochain, bon festoches à tous et à toutes. Peace.  

6 thoughts on “Arverne Metal Fest

  1. Sérieusement, super article bien écrit j’ai eut beaucoup de plaisir à le lire et j’attends avec impatience d’autres ! Vous m’avez donné un amer regret de ne pas y être allé et une envie pour Hellfest auquel je ne pourrai pas assister. A part ça, c’est super ce que vous faites, continuez ;)

  2. Yep, très bon report Jason ! Effectivement ça avait l’air bien sympa tout ça !
    Solstafir, j’avais adoré l’album, là tu me donne encore plus envie de les voir en live !

  3. super CR , merci dommage en effet que la motivation des métalleux n’a pas été au rendez vous . mais bougez vous , si vous voulez plein de concert . des gens prennent des risque financier pour notre musique adoré, soutenez les donc ;-)

    Petite rectification sinon , quand Franky a parler du jeune décédé , en fait c’était un jeune de l’indre , a 150 km de clermont ferrand , la famille et les potes de se jeune homme décédé était venu voir le concert de dagoba en son honneur car il était méga fan de se groupe … voilà tout simplement et respect pour francky et son commentaire très touchant …

    bonne continuation a tous

    kermhit

  4. Tu es un malin toi ! Pas mal ton report aussi, plus subjectif que celui de mon chroniqueur dirais-je. Mais tu as un blog, non un journal, donc tu as le droit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>