Benighted

C'est au Merch' que l'interview se passe, en cette soirée qui s'annonce douce au niveau du climat, très brute au niveau musical, et ça tombe bien, le public n'est là que pour ça. L'interview sera donnée par Julien, chanteur du groupe Benighted. Le Pavot Enragé : Bonjour, tout d'abord, quels sont les thèmes que vous avez choisis d'aborder dans l'album, Asylum Cave qui a tout juste un an maintenant, et pourquoi ceux là ? Julien : Comme chacun des albums que l'on a enregistrés avec Benighted, le thème tourne autour de la psychiatrie, puisque c'est notre thème de prédilection. Là en l’occurrence, notre nouvel album traite d'une personne, d'un schyzophrène qui délire dans sa cave, autour du personnage de Joseph Fritzl. Chaque morceau souligne un symptôme ou une partie de son histoire au sein de sa maladie. C'est un thème qui colle bien à notre musique, qui bouge beaucoup, qui change très vite, qui est très schyzo en fait ! C'est pour cela que l'on a choisis ce thème, ça colle vraiment bien à notre musique. De plus,  je suis infirmier en hôpital psychiatrique donc c'est un milieu que je connait bien, dont je peut parler avec beaucoup d’expérience. Le Pavot Enragé : Bien, donc dans la création de l'album, qui fais quoi ? Julien : Alors, en général, c'est toujours de la même façon, c'est à dire qu'il y a un des membres du groupe qui arrive avec un morceau, un riff, une idée de structure, puis on travaille tous ensemble pour arranger la structure du morceau. Chacun propose ses idées pour les breaks, les arrangements, quels riffs on met à tel endroit. On travaille tous ensemble et c'est cela qui fait que l'on a cette espèce de petite patte que l'on retrouve dans notre musique, c'est vraiment parce que nous avons l'habitude de bosser ensemble. Ce n'est pas une personne qui fait le morceau, c'est une personne qui arrive avec un morceau, que l'on réécrit tout les cinq. Le Pavot Enragé : L'accueil du public en France, ou à l'étranger ? Julien : Nous avons la chance, entre guillemet, d'être bien connus en Europe. En France on marche très bien, on a un nom qui s'étend bien au delà des frontières, puisqu'en Europe nous sommes connus dans à peu près tout les pays. On reviens juste de Moscou où le concert était fabuleux ! Ils nous appelaient tous par nos prénoms, c'était magnifique. Merci internet et surtout merci notre nouveau label : Season of Mist qui a fait beaucoup pour le groupe et qui nous permet en tout cas, d'avoir une distribution beaucoup plus correcte que ce que l'on a pu avoir auparavant. [Photo prise lors du live du même soir] Le Pavot Enragé : Combien de temps mettez vous à composer un album ? Julien : En gros ça prends un an, un an et demi. Au début on crée de manière très instinctive, et après on voit les arrangements tous ensemble, on pense les morceaux, on pense au son des morceaux, on essaye vraiment de peaufiner les arrangements. Des fois on a les idée même en studio, en général on y reste trois semaines/un mois, y'a vraiment des idées qui arrivent au tout dernier moment. Mais oui, en règle générale ça se fait de manière très instinctive, car on aime bien garder cette espèce de fraicheur que l'on a lorsque que l'on compose tous ensemble, en essayant de ne pas trop réflechir au rendu final, on aime bien composer avec nos tripes. Le Pavot Enragé : Comme vous qualifieriez votre place sur la scène metal ? Julien : Nous on se qualifie souvent comme du Brutal Death Grind, [rire] car effectivement il y a beaucoup beaucoup de blast, mais typiquement on est un groupe de death metal. Après il est vrai qu'il y a beaucoup de chose dans le jeu du batteur, dans nos toutes premières influences qui tournent vers le GrindCore. Il y a dans notre musique vraiment beaucoup d'influences diverses, qui font aussi sa richesse. Le Pavot Enragé : Avez vous eu des coups de cœur récemment pour des artistes, ou quelque chose qui vous a surpris ? Julien: J'ai vraiment beaucoup aimé le dernier album de Napalm Death, groupe que j’écoute depuis pas mal d'années, avec qui l'on a joué pleins de fois, c'est une de nos références musicales d'ailleurs. En ce qui me concerne le dernier album "Utilitarian" c'est vraiment une tuerie. Le Pavot Enragé : Que pouvons nous retrouver sur votre Ipod ? Julien: Bah, je n'ai pas d'Ipod, mais en groupe Français je dirai : Gorod, Chronos, et en groupe étranger: Napalm Death, Dying foetus, Amorted. Le Pavot Enragé : Auriez vous des conseils pour des gens qui voudraient faire du metal plus tard ? Julien : Alors que ça reste toujours une passion et jamais un truc qui fait vivre, en l’occurrence c'est pas du tout ça qui nous intéresse, car si un jour les gens devaient nous aimer afin que l'on bouffe, c'est pas un truc qui nous branche. Nous on fait vraiment ça pour s'éclater, c'est une passion. Si un jour ça doit s'arrêter pour X ou Y raison, et bien nous aurons déjà pris tout ce qu'il y avait a prendre. Mais voilà, nous c'est déjà une passion, et on s'éclate vraiment la dedans, vraiment ! On ne touche rien à titre personnel de toutes façons. C'est vraiment une ÉNORME passion à côté de notre vie.   Merci à Julien de m'avoir accordé de son temps juste avant le début du concert !

3 thoughts on “Benighted

  1. La sincérité de Julien fait plaisir à lire !
    Sympa cette interview, ça change des discours formatés..

  2. Superbe interview, bien retranscrite, du très bon boulot. J’espère que tu as bien profité, car que sa soit eux ou nous, on fait sa par passion et pour rien d’autres. Peace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>