Castle-Backlands

Guitariste, auteur et producteur, Matt Davis décide de monter un groupe en 2009. C'est également cette année là qu'il rencontre sa femme Elizabeth Blackwell qui deviendra par la suite la bassiste et chanteuse de son nouveau groupe dont il a écrit et composé la quasi totalité des chansons. Ne manque alors plus qu'un batteur, qu'il trouvera en la personne de Al McCartney, ami de longue date et musicien originaire de Toronto. Une fois le trio formé, leurs premier album ‘In Witch Order’ sortira pendant le printemps 2011 chez les allemands de Ván Records permettant ainsi au groupe de se faire une certaine renommé en Europe, essentiellement en Europe de l'Est et dans les pays Scandinave. Même pas un an après leur premier projet, Castle revient avec leur nouveau bébé intitulé 'Backlands', enregistré au Sharkbite Studios d'Oakland et produit par Billy Anderson. Comme on pouvait s'y attendre de la part du trio, l'album tape fort et ce, dès les premiers titres de l'album que sont Ever Hunter et Corpse Candles où riffs puissants et saccadés sur double pédale frénétique emportent l'auditeur, telle une tornade dévastant tout sur son passage. Musicalement, Castle se situe entre le Heavy et le Thrash metal tant les sonorités rappellent un temps que les plus anciens d'entre ne peuvent que regretter où technique et puissance se mêlé pour former un combo impitoyable. Cette sensation se révèle encore plus sur le troisième morceaux, Storm Below The Mountain où les deux amants du groupe se partagent la session vocale. Matt Davis dont la voix rappelle celle de Dave Mustaine de Megadeth ou d'un Lemmy de Motörhead, ce qui  rajoute un coté malsain, voir diabolique à cette chanson, tandis que la voix chaude d'Elizabeth Blackwell qui pourrait se révéler quelque peu répétitive par moment se conjugue parfaitement lors de ce chant. Le couple se partagera d'ailleurs le micro une seconde fois sur Curses Of Priest où la guitare de Matt se révélera encore plus magique que sa voix, dans l'intro tout d'abord qui commence telle une balade avant de vite se transformais en solo psychédélique accompagné d'un groove de batterie tout simplement parfait dans ce cas précis. Batterie qui ne cessera de surprendre l'auditeur au fil des musiques, à la fois par sa puissance, mais également par sa technique à la double pédale tout simplement irréprochable. La basse, elle aussi a su trouver le juste milieu entre accompagnement de la guitare et instrument solo, comme ce passage de drum'n bass à la fin du premier titre où les parties qui accompagnent la guitare lors de ses solo ne laissera aucun bassiste indifférent. Quant à la guitare, elle remplit ici parfaitement son rôle de meneuse de troupe par ses sonorités à la fois mélodique, voir mélancolique et violente dans les morceaux Venus Pentagram, Curse Of Priest ou encore Alcatraz. Excellent album qui plaira essentiellement aux moins jeunes bercés au metal des eighties, ce second projet n'est pour autant pas dénué de défaut, le premier n'est autre que sa durée de vie, huit morceaux allant de deux à sept minutes laisse un petit goût de manque, voir de déception lorsque celui ci se finit. Enfin l'effet de répétition au cours du disque peut en exaspérer plus d'un qui aurait souhaité un peu de changement ( essentiellement au niveau de la voix de la chanteuse ) au fil des morceaux que même les duo entre le guitariste et la bassiste ne pourront soulager. Mais mis à part ces quelques petits défauts, Backlands est un excellent album que je conseille au nostalgique du genre. Peace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>