Sonisphere Day I

Nous voilà avec l'équipe d'Enragé qui m'accompagne, arrivé le vendredi minuit à Amneville. Direction le camping afin de tenter un peu de repos avant les deux jours qui s'annoncent épiques ! Samedi accredits en poche, qui nous permettent de nous balader sur le site et accéder aux différents stands avant la furia des festivaliers. L'accès vip media est un pur bonheur et facilite vraiment notre travail en assistant aux concerts dans de bonnes conditions. Et c'est parti pour une journée où vont s'enchainer un running order qui donne envie et frissons par avance.

Black stone cherry
Une reprise de Rehab de Amy Whinehouse version Rock/Metal ainsi que Higway to hell de AC/DC, juste le riff principal. Un rappel sur Lonely Train (gros hit de leur 1er album) un bon rock revisité à la sauce actuelle avec puissance et groove au rdv. Un chanteur à la voix puissante et travaillée, jamais saturée, à faire palir d'envie tous les crooners et rockers de toutes les générations...
I kille the Prom queen
Un petit riff de Sepultura avant leur dernière chanson histoire de se rappeler au bon souvenir des papas du metal.
Un groupe jeune , péchu mais pas trop, il semble manquer un petit quelque chose qui les ferait basculer dans la catégorie très bon groupe. A noter la présence du guitariste qui joue aussi dans Bring me the Horizon, on regrette la puissance communicative de son autre groupe qui avait mis le feu au Sonisphere l'année derniére...
Machine Head
Comme à leur habitude, du lourd , agressif, bref, génialissime, un grand moment de communion made in Metal... A consommer sans modération…Robb Flynn adore boire (du vin cette fois ) parler au public qui l'encense à chaque mot et screamer autant qu'il peut !
Une set list différente du hellfest (il faut le souligner) plus axée sur l'agressivité, du pur bonheur pour les festivaliers ayant eu la chance d'assister aux deux festoch'
Combichrist
Une énergie froide et mécanique qui a pour effet de vous réchauffer et de vous donner envie de bouger. Pour les fans de bon tech core à la sauce Rammstein, ils on littéralement enflammé le parterre extérieur du Sonisphère. Une très bonne surprise qui vous hypnotise.
Marylin Manson
Beaucoup de décors et un show plein, on aime ou pas sa démesure et son personnage, du Manson dans la parole et les actes, tout les hits sont au RDV, sweet dreams, love song, fight song, M obscène….En revanche, rien d'obscène durant le show, rien d'extravagant non plus. Son couteau micro, ses tenues et ses poses improbables, il sait faire, le public est conquis.
Meshuggah 
Une arrivée fracassante, brutale et intense...Tout était réunit, en passant Chaosphére, Destroy erase improve, Nothing et KOLOSS, le public transit , suspendu aux moindres tribulations de cette musique ensorcelante par sa technicité et deroutante par tant de puissance et brutalité..
Une impression de bête feroce s'avançant vers le public telle un rouleau compresseur lancé en pleine vitesse nous broyant les tympans jusqu'a nous mettre en transe devant ces dieux du Djent... Un final apocalyptique sur Future Breed Machine, le Gros hit du groupe...
Il y a Messugah sur la scène Metal/Djent...et il y a les autres.... Mais le fossé les séparant est encore loin sur tout les niveaux...
Faith No More Le ton est donné, la scène immaculée de blanc avec des fleurs devant à la manière d'un enterrement comme il se fait aux Etats Unis…si nous avions encore des doutes sur le fait de dernière tournée ou pas, la question ne se pose plus. Amen. Patton arrive avec sa canne tout de blanc vêtu lui aussi. Sa voix est toujours aussi malsaine et puissante sur une entrée de Woodpecker from Mars , malgré une set list de 17 chansons qui ne permet pas à ceux qui découvrent Faith No More ce soir de rentrer dans cet univers étrange, parfois doux, parfois très sombre, très loin de l'image lisse qu'ils donnent à voir. Plus dandy que rockstar d’apparence, Mike Patton est là pour faire le taff et il le fait ! L’étendue de ses capacités vocales met tout le monde d'accord.  Patton en maître de cette cérémonie funèbre, creuse l'écart avec ses acolytes musiciens. Talentueux certes, mais qui laissent la place à un chanteur déjanté qui hurle dans son mégaphone. Et ça continue avec Digging the Grave , titre qui s’intègre naturellement au thème de la soirée. Epic vient nous rappeler quel bon album fut The Real Thing en 1989…qui ravi les fans de la première heure, s'en suit  Midlife Crisis, dans laquelle il intègre une reprise en Français de "Et moi et moi et moi" de Dutronc. Just a man donne l'occasion à qui en doute encore au Sieur Patton de montrer sa supériorité ainsi que sa maitrise vocale. Juste parfait.
        Nous avons la chance et le mot est faible, en France d'accueillir deux grands festivals dédiés au metal. Oui bien sûr, il y a toujours lieu de se plaindre de la programmation ou autres, mais n'est ce pas toujours le cas quand il faut satisfaire un public nombreux et des artistes de divers horizons. Toujours est-il que le but premier d'un festival est de célébrer et de communier autour de la musique. Et là dessus, la réussite fut au rendez-vous. Plus le samedi que le dimanche c'est sur, à cause d'une météo capricieuse. Le Sonisphere nous a permis des découvertes musicales intéressantes et de nous conforter dans des goûts musicaux déjà établis. C'est ce que nous retiendrons de cette deuxième édition 2012. Un running roder bousculé le dimanche, une satanée météo qui a joué des tours à l'organisation, mais soyons convaincus que ce douloureux épisode ne sera qu'un malheureux souvenir vite oublié lors de l'édition 2013.

8 thoughts on “Sonisphere Day I

  1. Aaaaaah Patton !!! Là tu me donnes vraiment envie de le voir ! Pas trop triste pour Faith No More Nadine ?
    Par contre Manson c’est bizarre la photo, c’est moi ou le décor imite celui d’un discours d’Hitler ?

  2. Merci Phil ! Non, pas trop, car Patton continue ses projets, FNM se meurt mais Patton est toujours là !
    Oui bien vu pour Manson, mais bien sur c’est du 10 degrés…tu penses bien que je (et personne d’ailleurs) ne pourrait cautionner sinon. Du coup cette image reflète l’ironie et la dénonciation que veut faire passer Manson.

  3. Eh ben on est partie pour en entendre parler pendant les 5 prochaines décennies de ce concert de Mike Patton, j’ose même pas imaginer l’hystérie de Nadine quand il est arrivé tout de blanc vêtue ahaha. Sinon j’aurais adoré revoir ce monstre qu’est Robert Flynn pour une cinquième fois, surtout si le live etait différent de celui du Hellfest qui était déjà une douce claque pour tout les festivaliers présent ce soir là. Même si l’affiche ne me faisait pas spécialement rêver sa devait être quelque chose.

    • Si ça peut te rassurer, Machine Head c’était ENORME! une grosse claque, même si, tout comme toi, j’ai eu la chance de les voir au Hellfest..!

  4. Faith No More …ça me fait penser à ce que ma soeur me forçait à écouter, je pense que c’était après Europe et Cabrel, mais avant Gun’s n roses…;-)
    Du coup je me passe Epic en boucle
    J’ai l’impression que Miky a mieux vieilli qu’Axel.

    Merci pour ce moment de nostalgie ( depuis je me suis émancipé et j’écoute ma propre musique)…

  5. Axl sans le E arf, tu as pas écouté assez Fra ! Mais bien vu pour Mike Patton.
    Un com de mon frère après 10 ans de travail acharné, c’est mieux qu’un post de Onfray ou Patton !!! Classe and I’m Proud ! Je ne fais jamais de com perso mais là je m’en fou, Violently Happy !
    It’s in tour face but you can’t grab it..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>