Interview de Joe Satriani & Steve Vai pour le G3

Après le concert du fameux G3, me voici impatient, partie pour l'interview de Steve Vai et Joe Satriani dans les loges. Bonsoir Joe. Tout d'abord félicitations pour ce show. J'étais dans la fosse, au milieu de la foule et je peux te dire que le public a réellement  savouré ce concert ! Le Pavot Enragé : Quelle est ta relation avec le public Francais et pour quelle raison est-tu revenu ici avec le G3, pour la deuxième année consécutive ? Joe Satriani : Oui, c'est  vrai. Je pense que Jacques (ndlr : J. Falda, président du festival) a su  monter un évènement très spécial. Le public  qui vient ici est unique, c'est un public vraiment merveilleux. Personnement,  j'ai toujours eu une connexion forte et particulière avec la France. Ca  remonte à 1988, lors de mon premier concert à Paris, pour la sortie de   l'album Surfing With The Alien. Alors  voilà, c'est pour ça que nous aimons venir ici. Le Pavot Enragé : Je souhaite profiter de cette opportunité pour saluer le succès de votre   entreprise la G3 Corporation. Puis-je  donc vous appeler le CEO du G3 (ndlr : le PDG en français)? Joe Satriani : [rires]…  Oui, je crois que tu peux m'appeler Monsieur le CEO ! Le Pavot Enragé : Au départ donc, tu as imaginé le concept et ensuite c'est devenu un projet concret. Mais aujourd'hui, comment définirais-tu le G3 après plus de 15  années d'existence ? Joe Satriani : J'ai débuté le G3 parce que je voulais jouer avec de grands guitaristes et que je  savais que mes fans me suivraient dans cette aventure. Pourquoi  est-ce que j'étais sûr de mon coup ? Eh bien, parce que lorsque j'étais jeune,  j'ai toujours rêver de voir, par exemple, Jimmy Hendrix boeuffer avec Jimmy Page   [silence et sourire]... tu vois le genre, n'est-ce pas ? Alors je me  suis dis : "C'est ce qu'on doit faire, c'est à cela qu'il faut   aboutir "! Il fallait  trouver le moyen de se retrouver ensemble. Ca m'a pris une année entière pour convaincre tout le monde qu'un tel projet en vallait la chandelle. Le concept  était donc de réunir 3 têtes d'affiche sur une soirée et je peux te dire que   convaincre Eric Johnson et Steve Vai n'a pas été chose facile. Mais une  fois qu'ils (ndlr : les producteurs et les tourneurs) ont vu la reaction du  public, ils ont réalisé que c'était un show unique et qu'on pouvait le  faire grandir et  évoluer à notre guise, sur des dizaines d'années… Le Pavot Enragé : Mais que s'est-il passé durant ces cinq dernières années, où nous ne t'avons pas   vu tourner avec le G3? Joe Satriani : J'étais  tout simplement occupé avec mon groupe Chickenfoot (ndlr : son Super-Groupe issu des cendres de Van Halen, Sammy Hagar et Mark Anthony, accompagné   de Chad Smith des Red Hot Chili Peppers), nous avons sorti 2 albums et de mon coté, j'ai réalisé 2 albums solo. J'ai tourné ensuite avec mes 2 groupes, donc c'était plutôt difficile de trouver le temps de me consacrer à un nouveau G3. En fait, je sors tout juste de mes tournées avec Chickenfoot, 3 au total, et on vient  juste de terminer la longue tournée des USA avec Kenny Aronoff qui a remplacé  Chad sur ce tour. Le Pavot Enragé : Sur cette tournée, il y a une forte influence de Deep Purple puisque Steve Morse et toi avez tous les deux officié comme guitaristes dans le groupe. Quelle est ta relation avec Steve et comment vous êtes-vous rencontré ? Joe Satriani : Quand j'étais en tournée suite à la sortie de Surfing With the Alien en 1988, Steve   est venu me voir en concert dans un petit club à Atlanta, Géorgie. Après le show, il est venu nous voir back-stage et s'est présenté à nous, et dès lors on est devenu ami, donc je peux dire qu'on se connaît depuis pas mal d'années maintenant. C'est un grand ami mais aussi un guitariste talentueux ! Le Pavot Enragé : As-tu jamais pensé à up-grader le G3 vers une version plus récente ? G4, G5 ou plus encore…? Joe Satriani : Tu vois, c'est très dur de trouver une date d'accueil qui nous donne une plage horaire aussi étendue. En temps normal, on nous autorise à jouer de 19h30 à 23h00. Si on a plus de guitariste dans ce même laps de temps, alors on jouera moins. Par exemple, si tu prends les 3 guitaristes de ce soir, on a joué 45 minutes chacun et après on jame tous ensemble. Il faut compter aussi le temps où on réalise la bascule la technique, les pédales d'effets, les amplis, les instruments…il faut compter 10 minutes entre chaque artiste. Si on est plus à jouer, alors les musiciens jouent évidemment moins longtemps, et 45 minutes c'est la limite, sinon les performers n'ont pas le sentiment d'avoir réellement joué. Le Pavot Enragé : Maintenant, passons à un sujet plus local. La Haute-Savoie est une région montagneuse et les Alpes sont réputées pour être le Toît de l'Europe. Quel est l'endroit le plus élevé où tu ais jamais joué, lors d'un concert ou bien perdu dans   la montagne avec une guitare dans ton sac à dos? Joe Satriani : [rires]  Alors je crois que c'est au lac Tahoe dans la chaîne de la Sierra, situé   entre la Californie et le Nevada. J'ai eu une maison là-bas durant une douzaine d'années, pas très loin de   celle que possède un certain Steve Vai. Ma maison était perchée dans la montagne à environ 8000  pieds d'altitude  (soit 2400m). Le lac Tahoe est le plan d'eau alpin le plus vaste du continent nord américain. C'est comme un petit Lac Léman ! Il mesure à peu près 20 par 35 km. C'est vraiment un endroit magnifique…J'y ai  écrit de nombreuses chansons dans mon home studio et j'ai joué aussi beaucoup   de guitare là-haut.  J'ai eu une période de ma vie où je passais beaucoup de temps dans cet  endroit. Mais lorsque mon fils est devenu plus agé, nous avons décidé de nous séparer de cette maison et de poursuivre notre vie sur d'autres chemins et vers d'autres lieux. Merci Joe pour ce moment.   Voici Steve Vai qui prend le temps également de m'accueillir pour une interview d'après concert ! Steve Vai, merci de nous consacrer un peu de temps pour partager vos impressions avec vos fans francophones. Le Pavot Enragé : Comment  as-tu trouvé cette soirée musicale et quel est ton sentiment à l'égard du public de Saint-Julien? Steve Vai : Je ne voudrais pas avoir l'air de donner une réponse toute faite et de paraître   trop cliché, mais le public ce soir était surprenant. Tout le monde était  "wild", les gens   chantaient les mélodies des chansons instrumentales, ils applaudissaient, nous acclamaient jusqu'à un tel point… j'ai du retenir mes larmes ! J'étais tellement ému que j'avais de la buée dans mes lunettes [gros rires !] Le Pavot Enragé : Ah oui, je me rappelle t'avoir vu les essuyer en plein set… Les vibes étaient bonnes j'imagine. Steve Vai : Oh yeah, complètement ! En découvrant pour la 1ère fois le line-up de ce G3, j'ai vu Joe, Steve  Morse… comme s'il y avait le fantôme de Deep Purple qui planait au dessus de cette tournée. Le Pavot Enragé : Mais te concernant, as-tu déjà fait parti de ce groupe pour une occasion particulière ou juste lors d'un concert en  tant qu'invité ? Steve Vai : Eh bien,  non mais qui sait peut-être un jour… J'aime et j'ai grandi avec ce groupe. Evidemment, j'aime Deep Purple qui représente énormément de choses pour moi, musicalement parlant. Bien sur, cela aurait été génial d'en faire partie. Mais tu sais, j'ai joué aussi dans d'autre grands groupes (Frank Zappa, Alcatraz, ) et je suis très satisfait de ma carrière solo jusqu'à présent. Le Pavot Enragé : Oui bien sûr, mais concrètement, quelle est ta place dans le G3, au coté de   Monsieur Le Président Joe Satriani ? Steve Vai : [rires] I  am the EIEIO ! (ndlr: Steve, m'a clairement fait comprendre avec humour qu'en musique, la hiérarchie et le grade des personnes n'a aucune importance. "EIEIO" est en fait le refrain d'une chanson enfantine "Old MacDonald Had a Farm". No comment…).  Je suis juste là pour le voyage, l'Aventure ! Je suis invité à chaque fois que Joe souhaite que je sois présent à ses cotés. Et dès que je peux le faire, alors je participe au projet. Tu sais, ils partiront plus tard en Amérique du Sud pour la fin de la tournée et je ne peux malheureusement pas les accompagner parce que je suis occupé avec ma tournée solo, suite à la sortie de mon nouvel album, The Story Of Light. J'ai  tourné à de nombreuses reprises avec le G3, et ces moments passés ont toujours été généreux et très gratifiant à mon égard. Le Pavot Enragé : En tournée avec le G3, j'ai été surpris de ne pas te voir accompagné par ton groupe usuel "The String Theory's Band", avec Billy Sheehan, Dave Weiner, Jeremy Colson ? Steve Vai : Non en effet, c'est une chose différente quand je pars en tournée solo et quand je tourne avec le G3. Lorsque je monte mon groupe pour partir en tournée, je réunis un noyau de musiciens pour apporter à ma musique une autre teinte. The String Theory's Band Ètait une bonne expérience, mais on l'a fait ; et maintenant j'ai envie de faire des choses différentes. Le Pavot Enragé : Et concernant ton nouvel album, quels sont les artistes qui ont collaboré au projet ? Steve Vai : Euh en fait aucun, c'est tout moi [silence] Le Pavot Enragé : Ah d'accord, c'est comme d'habitude en fait Steve Vai : Sauf pour les parties batteries, c'est Jeremy Colson (de l'ex-String Theory's Band) qui tient les baguettes. Et il y aussi Phil Bynoe à la basse qui m'accompagne sur cette tournée. Le Pavot Enragé : Très bien, on a hâte de découvrir tout cela le 27 août pour la sortie de l'album. Maintenant, si tu le veux bien, je souhaiterais te questionner sur un sujet local, à savoir la montagne et notre belle région de Haute-Savoie. Steve Vai : Oui, avec plaisir ! J'avais 3 jours de congés juste avant le show, alors j'en ai profité pour passer du temps chez des amis qui ont un chalet dans les Alpes pas très loin d'ici. C'est un endroit vraiment magnifique. Le Pavot Enragé : Mais te rappelles-tu de l'endroit le plus haut où tu aies jamais joué ? Steve Vai : Le lieu le plus haut où j'ai jamais joué ? [réflexions profondes] Tu sais quand j'ai tourné le vidéo-clip pour "For The Love Of God", on était sur le sommet du Mont Chester en Californie du Nord, dans le comté de Redding. C'est à environ 6100 pieds d'altitude (soit 1860 mètres) et on domine le lac d'Almanor. Le Pavot Enragé : Pour finir, Joe et toi, vous vous connaissez depuis longtemps et vous collaborez ensemble au sein du G3 depuis plus de 15 ans. Avez-vous déjà pensé à créer quelque chose avec tout cela, toutes ces idées, toutes ces répétitions, ou peut-être un album ? Steve Vai : Yeah c'est un projet très tentant. J'aimerais bien qu'on puisse le faire et on en a déjà parlé tous les deux. Faire une tournée ensemble est une chose, alors que réunir tout le monde nécessaire pour concevoir et enregistrer un album est un réel challenge, à la limite de l'exploit. Mais qui sait…tu ne sais jamais de quoi l'avenir sera fait. C'est sur ces paroles profondes que nous nous quittons. Steve, merci pour ces quelques échanges. Et pour immortaliser cela, pourrais-tu nous dédicacer cette carte aux couleurs de notre webzine Le Pavot Enrage. Grand merci et bon voyage sur les routes d'Europe.
Kamagra

5 thoughts on “Interview de Joe Satriani & Steve Vai pour le G3

  1. Ah j’adore la question : « te rappelles-tu de l’endroit le plus haut où tu aies jamais joué ? » Énorme ! Super l’interview Nadine !

  2. Je savais que tu aimerais Phil, nous étions dans ta région eh eh
    En revanche l’interview je n’y suis pour rien, c’est Samuel qui l’a préparé et faite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>