Interview de Shakra

Aujourd’hui, dernière interview de l’année. Shakra, groupe de rock Suisse jusqu’à présent plutôt discret sur la scène française, vient présenter son neuvième et dernier album, Powerplay. Et c’est leur jeune et sympathique chanteur, John Prakesh, qui répondra à nos questions. Arrivé dans le groupe en 2009 après le départ de leur ancien chanteur Mark Fox, c’est son deuxième album avec Shakra. Malgré la fatigue, c’est avec gaieté et gentillesse qu’il répond à nos questions.

Le Pavot Enragé : D’abord, merci pour cette interview, et félicitation pour ce nouvel album ! Et d’abord, pours mes compatriotes qui ne vous connaissent pas, peux-tu nous raconter rapidement l’histoire du groupe ?

Shakra : Ce serait plutôt une question pour Thomas (nr : Thomas Muster, guitariste du groupe) parce que tu sais, je viens tout juste d’arriver à bord. J’ai rejoint le groupe en octobre 2009, Back on Track a été mon premier album avec Shakra. C’est formidable d’en faire partie, c’était vraiment une chance. Ils avaient des problèmes avec leur ancien chanteur et ils les ont résolus en me prenant dans l’équipe. Ce que je peux dire, c’est que Shakra existait déjà depuis douze ans ; ils sont très connus en Suisse et en Allemagne, mais peut-être un peu moins en France, et c’est pour cela que nous sommes là aujourd’hui. C’est absolument fantastique et pour moi c’est un grand groupe ; c’est un hard rock traditionnel, avec quelques nouveaux éléments.

Le Pavot Enragé : En ce qui me concerne, ce que j’ai trouvé de plus nouveau dans Shakra, c’était ton chant.

Shakra : Oh vraiment ? Euh, c’est un compliment ?

Le Pavot Enragé : Oui ! Je veux dire, c’est du hard rock, jusque là pas de surprise. Mais quand tu chantes, il y a toujours quelque chose qui me surprend. Tu chante dans ton style ordinaire, et soudain hop ! Un accent particulier, quelque chose auquel je ne m’attendais pas. Et j’aime ça.

Shakra : C’est peut être parce que je suis indien ! (rire)

Le Pavot Enragé : Je ne sais pas ! Mais par exemple, sur Dream of Mankind

Shakra : Ca ne me surprend pas parce que c’est une chanson sur laquelle je suis vraiment très à l’aise. Quand Thomas écrit de nouvelles chansons, après ça il vient me voir et nous travaillons ensemble sur les parties vocales ; et parfois j'en chante une partie, et nous cherchons une manière de les adapter pour que je me sente plus à l'aise. Et Dream of Mankind était juste parfaite. Je la sentais vraiment bien. J'ai écrit les paroles ; je voulais parler de ma vie, de mes expériences... C'est la meilleure façon de faire pour moi. C'est la meilleure façon de toucher les gens. Qu'ils puissent dire : « John, je sais de quoi tu parles ! » Ce sont des expériences qui ont été très importantes pour moi.

Le Pavot Enragé : Ok... Et depuis le précédent album, Back on Track, comment décrirais-tu le chemin que tu as fait avec le groupe ?

Shakra : Nous avons fait des masses de concerts, des tonnes d'interview, et nous avons élargis notre fan base, du moins en Suisse. Et je vis mon rêve ! Je vis mes rêves... Que puis-je dire d'autre ? J'ai trouvé un nouveau boulot, comme assistant dans un grand magasin, et je l'aime. Vraiment, je vis mon rêve. Et cela va de mieux en mieux !

Le Pavot Enragé : Quand j'ai écouté Life is Now pour la première fois, j'ai eu l'impression d'entendre un hymne. Est-ce que c'est le message de l'album ? Que « la vie est maintenant » ?

Shakra : Oui, il y a définitivement un message profond dans cette chanson. Nous vivons dans l'instant. C'est le plus important. Parce que si on est dans l'instant on crée son futur ! Celle-ci a été écrite par Thomas mais tu sais j'ai les mêmes idées sur la vie, sur beaucoup de sujets en fait... Oui, c'est vraiment un message très positif. Juste se réveiller et profiter de la vie. Oublier le passé ! On peut tout laisser derrière...

Le Pavot Enragé : C'est très rock comme message, d'ailleurs beaucoup de rockeurs ont vécu de cette manière ! D'après toi, c'est la philosophie du rock ?

Shakra : Oui, au moins en ce qui nous concerne, nous n'avons pas de règles générales, mais c'est certainement la mienne, et également celle de Thomas... Je pense que c'est important, on peut avoir tout ce qu'on désire en étant positif. On peut recevoir tellement plus !

Le Pavot Enragé : Quelque chose à voir avec le karma, ce genre de choses ?

Shakra : (rire) Oui et non ! Honnêtement, je crois à ces choses, je crois au karma, au shakra... Tu sais je suis indien. Et c'est typiquement indien de vivre de cette façon ! Et je vis de cette façon. Je médite tous les jours et c'est très important pour moi, c'est important de rester calme et relax. Dans toute situation. Et ça n'est pas toujours facile !

Le Pavot Enragé : Est-ce qu'il y a beaucoup de groupe de rock en Inde ?

Shakra : Avant de venir dans Shakra, j'avais mon propre groupe et nous avons fait cinq tournées en Inde du sud avec d'autres groupes de rock indiens et c'était fantastique, incroyable, mais tu sais, ces groupes ne jouent que des reprises. De Deep Purple, Metallica, ACDC, Bon Jovi... Oui, nous avons des groupes de rock indiens mais elles n'ont pas vraiment de son. Je pense qu'ils manquent également d'auditoire. Parce que tu sais ils téléchargent beaucoup... C'est comme en Chine. Ils n'achètent pas le CD. Ils le téléchargent gratuitement !

Le Pavot Enragé : Il n'y a pas des festivals ou quelque chose comme ça ?

Shakra : Je ne sais pas... Je pense que oui mais je ne sais pas. Mais j'espère, parce qu'un concert de rock est une chose si magnifique !

Le Pavot Enragé : Ok... J'avais lu quelque chose à propos d'un grand festival dans le nord de l'Inde, mais je ne m'en rappelle pas plus.

Shakra : Dans le nord de l'Inde ? Je sais qu'ils ont des groupes, mais je n'en sais pas plus.

Le Pavot Enragé : Ok, revenons à l'album ! Because of You a aussi une ambiance très spéciale. De quoi parle cette chanson ?

Shakra : Because of You ? J'ai écrit les paroles et je voulais y mettre un message. Je voulais juste dire merci à quelqu'un. Oui, je voulais dire merci... A tous ceux qui m'ont supporté durant toutes ces années, ma mère, ma famille, mes amis...

Le Pavot Enragé : Ok... Et Wonderful Live, c'est un peu la même chose ?

Shakra : Et bien, comme je l'ai dit, j'aime écrire à propos de ma vie, à propos de mes expériences ; et une fois j'ai fais une dépression ; et que pouvais-je faire ? Prendre du recul. Et j'ai réalisé que ma vie n'étais pas mauvaise, pas du tout ! J'avais seulement à changer ma mentalité, ma façon de voir. Et depuis je vis au paradis ?

Le Pavot Enragé : Comment est-ce que tu arrives à faire ça ?

Shakra : Comment l'expliquer ! Il faut juste... Le faire. Par exemple je pense que c'est important de voir les problèmes ; si tu es capable de voir les problèmes alors tu peux choisir le chemin que tu veux prendre ! C'est la chose la plus importante. De voir les problèmes et de trouver comment les résoudre.

Le Pavot Enragé : Pour toi il n'y a pas de problème sans solution ?

Shakra : Oui !

Le Pavot Enragé : Ok, je comprends ! Ok... Il y avait déjà plusieurs chansons appelées “Wonderful Live”, mais je crois qu'aucune n'allaient dans ce sens !

Shakra : Oui, c'est vrai ça fait un peu commercial... Est-ce que tu trouves que ça fait ringard ?

Le Pavot Enragé : Non, loin de là ! Honnêtement, j'aime la Wonderful Life de Black, et aussi celle de Hurts, et aussi la votre. Parce qu'elles sont sincères. Ils pensent ce qu'ils chantent, et toi aussi. Et quand tu répètes “Wonderful life, wonderful life”, oui, tu as l'air vraiment convaincu que la vie est magnifique !

Shakra : Ok ! C'est aussi pour la radio en fait, il fallait trois balances. Mais j'aime vraiment cette chanson, j'ai aussi écrit les parties vocales. Oui, c'est aussi assez personnel...

Le Pavot Enragé : Tu y chantes d'une façon totalement différente. C'est la seule balade de l'album... Et tout d'un coup tu es si calme !

Shakra : Oui, c'est important d'être en paix ! Est-ce que tu le penses aussi ? Je pense que c'est comme un barrage. Il faut une bonne chanson pour changer – je ne vais pas dire changer le monde mais changer quelque chose, oui.

Le Pavot Enragé : Est-ce que Shakra a changé ta vie ?

Shakra : Oui ! Enfin, partiellement. Je suis très positif tu sais, et parfois tu peux apprendre quelque chose d'une dépression. Et le fait de prendre du recul m'a appris comment revenir. Oui, vraiment ça a changé ma vie. Mon travail, aussi.

Le Pavot Enragé : C'est amusant de voir à quel point le rock peut être tantôt extrêmement positif tantôt extrêmement négatif...

Shakra : Tu parles de Steve Lee, de Gotthard ? Oui c'est triste, mais c'est aussi la vie. C'est juste un autre aspect de la vie. Ce n'est pas la fin, juste une autre voie.

Le Pavot Enragé : Au fait, pourquoi appeler “Dream of Mankind” comme ça et pas juste “Mankind” ?

Shakra : Je ne sais pas, celle-ci c'est Dominique qui l'a écrite. Alors je ne peux pas te dire ! Mais j'aime bien ce titre. Et puis ce pourrait aussi être un rêve, ou n'importe quoi d'autre.

Le Pavot Enragé : C’est vrai… Et comment composez-vous ?

Shakra : J’écris les paroles, et cela vient juste, pas automatiquement, on ne peut pas le planifier, je ne peux écrire que quand j’en suis capable ! Ca vient juste tout seul, ça jaillit ; si c’était autrement ça ne serait pas bon ! Oui, je ne peux pas le planifier. Et parfois tu sais, parce que j’ai quelque chose en tête de très sombre, ça colle parfaitement avec la musique…

Le Pavot Enragé : Tu composes aussi ?

Shakra : Oui, pour Wonderful Life j’avais fait les parties vocales ; les mélodies des parties vocales oui, j’ai toujours des idées évidemment. Quand j’avais mon propre groupe, j’écrivais mes chansons… Avant. Pas avec Shakra, mais avec mon groupe précédent.

Le Pavot Enragé : Ok… Est est-ce que vous avez déjà une tournée de planifiée ?

Shakra : On a quelques dates en Suisse et en Allemagne, mais je ne sais pas s’il y en a en France. J’espère qu’on pourra jouer là bas ! Ce serait formidable de voir le public. On espère qu’on pourra y jouer !

Le Pavot Enragé : J’espère aussi ! Ce serait super. Tu connais Paris ?

Shakra : J’y étais quand j’étais enfant, j’avais sept ou huit ans, et ça avait été formidable ! J’adore la ville mais qu’est-ce que c’est cher ! Mon Dieu ! Mais je l’aime. Mais tu sais, je suis un Suisse !

Le Pavot Enragé : Ok ! J’espère que je vous verrais bientôt !

Shakra : J’espère aussi ! En concert !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>