Lacrimosa – Revolution

Lacrimosa, groupe à l'esthétique en noir et blanc, nous livre son dernier album sobrement intitulé révolution…tout un programme ? Connaissant le groupe, qu'il se révolutionne ou non, on devrait avoir de quoi se mettre dans le casque et en théorie sous les yeux. En effet on a là une pochette qui ne révolutionne pas le style du groupe mais qui lui correspond parfaitement avec ce clown qui porte "les couleurs" du groupe, toujours finement dessinées. Entrons maintenant dans le vif du sujet. L'album commence sur un titre relativement enjoué pour du Lacrimosa…un titre fort bon, mais ce que l'on ne sait pas, c'est que ce titre sera le moins bon de l'album (jugez le niveau des compositions de Tilo Wolff et Anne Nurmi !). Révolution ? On reste dans le style de Lacrimosa, on reprend là où Sehnsucht nous avait laissés.   Lacrimosa vient nous voir ici avec un album résolument metal, les guitares sont saturées, la basse est claquante (jugez sur Verloren !), les orchestrations "classiques" ne sont là qu'en ornement contrairement à ce qu'a pu faire le groupe précédemment avec Elodia par exemple.   Le ton sombre des ruines fumantes visibles en fond de la pochette est présent, à n'en pas douter, révolution il y a eu, mais en se promenant dans ce paysage, on trouve des endroits plus glauques (au son de l'étrange "This is the Night") ou des vieux bals dansants comme "Feuerzug" introduit par un piano mélancolique à souhait suivi d'une chanson carrément dansante avec son entêtant refrain. Une note blanche au milieu d'un océan noir…Un contraste auquel Lacrimosa ne nous a pas habitués mais qui est fort agréable à l'oreille.   Ce qui suit n'est guère plus joyeux, le monde est tombé, Tilo Wolff nous dépeint dans un metal gothique et classieux ce qui en reste. Une lande désolée, jonchée des vestiges d'une civilisation. Quelques survivants sont là pour nous faire entendre cette mélopée funèbre. La formation nous montrera que son talent de composition n'est pas émoussé grâce à Rote Simfonie, ce genre de pièce qui rend l'atmosphère épaisse à coup de guitares et de basses agressives. Ça n'attaque pas mais une chose est sure il y a quelque chose qui rôde….même parmi les décombres en apparence déserts.   En résumé Lacrimosa nous livre (une fois de plus) un très bon album. On est en dessous de ce que le groupe a pu sortir. On pouvait en demander plus. Peut-être un album de transition vers une perle ? Mais que nous réserve Tilo Wolff et Anne Nurmi ? On ne sait pas mais certainement du bon !

2 thoughts on “Lacrimosa – Revolution

  1. « Une lande désolée, jonchée des vestiges d’une civilisation. »
    Voila qui me donne bien envie de découvrir cet album !
    Très bonne chronique Nico !

  2. Héhé ! Merci ;)
    J’ai fait la chronique en mode « ferme les yeux, écoute l’album, qu’est-ce que tu vois ? »…le résultat est assez sympa…mais pour s’en rendre compte faut écouter l’album ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>