Black Light Burns

Black Light Burns est un groupe d'industriel, mais c'est different de ce que l'on a pu entendre jusque là, je m'explique: Dès la réception de l'album, mon regard a été tourné vers l'artwork, plutôt étrange inhabituel. Je savais déjà que ce groupe allait avoir une saveur particulière, en ouvrant la pochette, j'ai retrouvé 3 autres artwork, qui s’avéreront presque dérangeant : Un poulpe assez effrayant, un homme ayant des tentacules en guise de barbe et une espèce de tableau indescriptible     Ni une ni deux, j’insérai le CD, et voilà le premier titre, une intro ou les basses se font ressentir, on se retrouve dans une atmosphère étrange, avec une sirène au fond, et la voix du chanteur s'ajoute au dessus, sa simple voix ajoute une légèreté bienvenue au titre, la piste qui suivra se voudra bien plus énergique, un refrain qui revient souvent une rythmique bien plus rapide, nous ne sommes qu'au second titre, et il est force de constater la prouesse du groupe : deux titres qui n'ont que peu de rapports, pourtant ils excellent. Chaque titre est différent, tellement que le troisième amène encore des éléments sur un tempo plus long, on se retrouve avec beaucoup d'effets qui se sont vus empruntés a l'éléctro parfaitement integrés, le quatrième, on se retrouve avec de longs passages electroniques mais plus particulier qui eux s'ajouteront par dessus tout et une voix calme et posée dans tout ce tumulte musical. La ballade de l'album est probablement ici, " The Colour Escapes", une orientalité du titre encore une fois surprenante, avec des sonorités qui ont probablement étés enregistrés sur des guitares traditionelles.   Sur ces cinq titres, le groupe a totalement prouvé qu'ils étaient capable de tout, et ce n'est pas fini, il vont encore nous en faire entendre de toutes les couleurs, (Si vous me pardonnez l'expression) sur les 10 titres restants, on retrouvera du xylophone comme sur "You Head Will Be Rotting On a Spike", une voix très grave, presqu'accapela, sur "Torch From The Sky" uniquement soutenue par des bourdonnements. Ils reprendront certains de leurs atouts, mais ce seront cinq titres avec le tempo assez lent, une voix qui traine, ce seront surement les titres les plus particuliers, pour retrouver un rythme rapide, quelque chose de plus classique il faudra donc attendre "Splayed", qui est lui efficace, avec de belles montées dans les aigus. La guitare électrique revient, à la ré-entendre on se rends seulement compte qu'elle n'était que très peu présente dans les titres précédents, mais ce n'est pas un mal, on ne l'aura à vrai dire, pas remarqué, "Scream Hallelujah" reste dans la même veine, avec des cassures de rythmes qui viendront a nous déstabiliser, un ambiance se crée autour de "Bakelite" avec peu de chant, laissant la part belle a la partie l'instrumentale, oppressante.   La fin de l'album est proche, trois titres restant, et ils n'ont surement pas été mis là par hasard, en effet beaucoup d'éléments qu'ils avaient inventer tout au long de l'album se mixent, les passages longs et presqu'ambiant, aux passages electro, en passant par des riffs déchaînés de guitares, et pas mal de surprises qui étonnent lors de l'écoute. Au final, le groupe a réussi à créer tout un univers auquel il nous invite, et ce serait vraiment idiot de refuser, tellement tout y est génial. Même si les titres ont beaucoup de différence entre eux, on retrouve la patte du groupe, la voix si particulière de Wes Borland, on retrouve une cohésion complète et géniale, de plus l'album contient 15 pistes différentes. On ne pourrait transformer le tout en un seul morceau que cela ne choquerait pas, l'album est bien construit. Chaque titre amène des éléments nouveaux, inattendu. Il est possible que vous n'appreciez pas tout, alors vous n'aurez qu'a zapper de chanson pour vous retrouver avec quelque chose de vraiment différent. Ce n'est pas un album musical, c'est une expérience.  

2 thoughts on “Black Light Burns

  1. « Ce n’est pas un album musical, c’est une expérience »
    Quelle chute Dym !!
    Très bien écrit, work in progess ! Tu m’as convaincu, je vais l’écouter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>